NOUVELLES

Wall Street finit en baisse, incertaine pour le second semestre

24/07/2012 04:42 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, incertaine après le regain d'inquiétude en Espagne et alors que la décevante saison des résultats faisait craindre un prochain semestre difficile: le Dow Jones a cédé 0,82% et le Nasdaq 0,94%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a lâché 104,14 points à 12.617,32 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 27,16 points à 2.862,99 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a cédé 0,90% (-12,21 points) à 1.338,31 points.

La combinaison de la crise de la dette en Europe et des résultats (d'entreprise) ternes ont pesé sur le marché toute la journée", a noté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital, notant que que "la force du dollar a aussi joué".

Les investisseurs américains "réagissent à la peur" suscitée par les problèmes budgétaires de l'Espagne, où les taux obligataires poursuivent leur flambée, a ajouté Lee Munson, stratège chez Portfolio LLC.

Les taux d'emprunt à 10 ans de l'Espagne restaient en effet mardi très au-dessus du seuil de 7%, jugé intenable sur la durée.

Cette saignée "met plus de pression sur ce pays qui lutte contre une récession galopante", a ajouté Frederick Dickson, de DA Davidson.

"Les gens sont fatigués d'entendre que l'économie européenne est molle", a remarqué Lee Munson.

L'inquiétude pour l'Europe a été renforcée par l'abaissement à "négative" de la perspective de l'Allemagne mais également des Pays-Bas et du Luxembourg par l'agence de notation financière Moody's. Ceci ouvre la porte à une possible perte de leur note "AAA", la meilleure possible.

"L'agence a noté avec raison que la rapide détérioration de la situation en Espagne et en Grèce avait des implications sur la santé du système financier allemand", a commenté Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

Aux Etats-Unis, en outre, la saison des résultats trimestriels se poursuit sans éclat. Selon M. Munson, "il faut prendre en considération" l'une des raisons qui pousse les groupes à revoir à la baisse leurs prévisions pour les prochains mois: le resserrement budgétaire drastique attendu à la fin de l'année "est en train de renforcer l'incertitude" des investisseurs.

Le marché obligataire a évolué en hausse, à des niveaux historiquement bas. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 1,404% contre 1,435% lundi et celui à 30 ans à 2,469% contre 2,515%.

sab/sl/sat

PLUS:afp