NOUVELLES

Le vieillissement de la population aurait peu d'impact sur les métiers

24/07/2012 11:54 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Le vieillissement de la population a peu de répercussions sur certains métiers, révèle une étude de l'Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) publiée mardi.

Le rapport indique notamment que 64 pour cent des métiers spécialisés regroupent davantage de travailleurs en début de carrière que de travailleurs s'approchant de la retraite.

Le document souligne qu'en 2011, les travailleurs jeunes étaient particulièrement plus nombreux que les travailleurs approchant de leur retraite chez les tuyauteurs et les monteurs d'installations au gaz, les charpentiers et ébénistes, le personnel des métiers spécialisés en électricité et des autres métiers de la construction, ainsi que les autres installateurs et réparateurs.

Les données du rapport sur les machinistes et le personnel assimilé, les conducteurs d'équipement lourd et les mécaniciens de machinerie et d'équipement de transport indiquent cependant le contraire.

Selon Rock Lefebvre, vice-président, Recherche et normalisation, de CGA-Canada et coauteur du rapport, l'incidence du départ à la retraite des baby-boomers sur les pénuries de travailleurs spécialisés pourrait donc «être minime dans certains métiers».

Le document révèle par ailleurs que des pénuries de main-d'oeuvre continuent d'être observées à l'échelle du Canada, mais qu'elles surviennent de façon sporadique et qu'elles sont de courte durée.

Anthony Ariganello, président et chef de la direction de CGA-Canada, attribue cette situation à la récession. Il observe que la population active a tendance à diminuer «pendant et peu après une récession», car les possibilités d'emploi sont «moins nombreuses» et les travailleurs «s'adaptent».

Le rapport a étudié les pénuries de travailleurs spécialisés au sein de cinq métiers en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador. Les métiers concernés sont les charpentiers, les mécaniciens et les réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d'autobus, les soudeurs et opérateurs de machines à souder, les mécaniciens de chantier et mécaniciens industriels, ainsi que les électriciens.

L'étude indique que le métier de mécanicien de véhicules automobiles a fait face à un resserrement du marché en 2006 et en 2011 en Ontario, et en 2003, 2005 et 2010 au Québec.

En Ontario, un bref épisode de pénurie a été observé chez les travailleurs en télécommunications et en électricité en 2010.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les charpentiers et les ébénistes, les travailleurs des métiers spécialisés en électricité et ceux des métiers du formage, du profilage et du montage du métal ont également fait défaut brièvement en 2008 et 2011.

Selon CGA-Canada, toutefois, de brèves pénuries de main-d'œuvre peuvent présenter certains avantages, notamment des occasions de perfectionnement et de croissance professionnelles pour les employés, ainsi que la possibilité de «mieux faire coïncider les augmentations de salaire avec la croissance de la productivité».

Elles permettraient également aux entreprises d'optimiser leur structure organisationnelle et opérationnelle, d'investir dans les machines et le matériel et d'améliorer leur efficacité globale.

PLUS:pc