NOUVELLES

Le pétrole hésite à New York, entre l'Europe et la Chine

24/07/2012 09:30 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole oscillaient autour de l'équilibre mardi à New York après une très forte chute la veille, le marché restant focalisé sur l'aggravation de la crise de la dette en zone euro, malgré de bonnes nouvelles en Chine.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre lâchait 2 cents à 88,12 dollars le baril, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En dépit d'un rebond des cours sur les échanges électroniques, après la diffusion d'un indicateur provisoire sur l'activité manufacturière chinoise publié par la banque HSBC plus encourageant que prévu, les cours de l'or noir restaient sous pression.

Ils avaient dégringolé la veille de 3,69 dollars à New York, et de 3,57 dollars à Londres, plombés par un mouvement de panique sur la zone euro et un fort renchérissement du dollar face à l'euro.

"Les marchés continuent à regarder en direction de l'Europe et restent focalisés sur l'aggravation de la situation sur ce continent", a noté Matt Smith de Summit Energy.

"Alors qu'une mission de la troïka (FMI, Union européenne, Banque centrale européenne, ndlr) se rend dans la journée a Athènes pour évaluer la situation du pays, on attend peu de bonnes nouvelles de ce côté là. Et l'Espagne inquiète toujours", a-t-il souligné.

Les courtiers redoutaient en effet de voir Madrid contraint de demander un plan d'aide extérieur alors que s'aggrave la récession de l'économie espagnole.

D'un autre côté, "les prix ont trouvé un peu de soutien dans l'indice PMI chinois" de la banque HSBC, montrant que l'activité manufacturière du pays avait enregistré en juillet sa contraction la plus faible depuis cinq mois, ont observé les experts de Commerzbank.

L'indice PMI des directeurs d'achat s'est ainsi redressé à 49,5 pour le mois en cours, contre 48,2 en juin. Un indice supérieur à 50 indique une expansion et un indice en dessous de ce seuil une contraction.

Même si l'activité manufacturière du géant asiatique ne progresse pas, elle recule donc moins que les mois précédents, ce qui constitue un signal encourageant "témoignant de la reprise de l'activité économique dans le deuxième pays consommateur de brut de la planète", a estimé Commerzbank.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp