NOUVELLES

Khartoum affirme que des rebelles du Darfour sont soignés au Soudan du Sud

24/07/2012 08:22 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

Des rebelles du Darfour blessés au cours de combats lundi avec l'armée soudanaise ont été transportés au Soudan du Sud pour y être soignés, a affirmé mardi l'armée soudanaise.

Un groupe rebelle du Darfour, une région de l'ouest du Soudan en guerre civile, a affirmé lundi avoir pris le contrôle d'une base militaire dans une région limitrophe en proie aussi à une rébellion contre Khartoum.

Le Mouvement pour la Justice et l'Egalité (JEM) a pris le contrôle de la base sise à la limite de l'Etat du Kordofan-Sud, près du gisement de pétrole d'Abou Jabar, avait déclaré à l'AFP leur porte-parole, Gibril Adam Bilal.

Le porte-parole de l'armée soudanaise Sawarmi Khaled Saad a indiqué que les troupes gouvernementales avaient tué plus de 50 combattants du JEM dans ces combats et en avait blessé beaucoup d'autres.

"Un nombre important de véhicules ont été vus transportant des rebelles blessés pour être soignés au Soudan du Sud", a affirmé M. Saad cité par l'agence officielle Suna.

Le JEM a nié mardi avoir perdu des combattants et démenti que des blessés eurent été transférés au Soudan du Sud, dont la frontière n'est pas démarquée. Son porte-parole Bilal a également dit que les rebelles contrôlaient le champ pétrolifère de Tabaldi ainsi que les zones de Karkada et Taboun depuis lundi soir.

Mais le porte-parole de l'armée soudanaise a affirmé que les troupes gouvernementales avaient repoussé le JEM à Karkada et la zone de Oum-Shouwaika, détruisant 25 de ses véhicules.

Il n'a pas fait mention de combats autour d'un champ pétrolier mais indiqué que l'armée avait perdu un "nombre de martyrs" en action face aux rebelles.

Le JEM dit avoir tué des "dizaines" de soldats gouvernementaux.

Khartoum accuse les rebelles du JEM de s'être alliés avec le Soudan du Sud qui, selon les autorités soudanaises, soutient des révoltes armées dans les Etats soudanais du Kordofan-Sud et du Nil Bleu. Le Soudan du Sud dément.

Le Soudan du Sud, indépendant depuis juillet 2011, a mis lundi à Addis Abeba une offre d'accord sur la table pour résoudre ses différends avec le Soudan, notamment concernant le pétrole et la zone contestée d'Abyei, proposition de facto écartée par Khartoum qui a jugé prioritaires les questions de sécurité.

La proposition de Juba intervient quelques jours avant l'expiration du délai donné par l'ONU et l'Union africaine aux deux Soudans pour régler leurs différends.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon espère que les deux pays "seront en mesure de résoudre leurs divergences d'ici au 2 août", a déclaré le porte-parole adjoint de l'ONU Eduardo del Buey.

L'ONU "n'a pas de confirmation" de la présence de rebelles du Darfour au Soudan du Sud, a d'autre part indiqué le porte-parole qui a en outre confirmé que six bombes étaient tombées au Soudan du Sud, trois jours après que le pays eut accusé le Soudan d'avoir bombardé son territoire.

"La mission (de l'ONU) a pu vérifier que six bombes avaient été larguées" à 2 km au sud de la frontière contestée entre les deux pays, a-t-il affirmé, sans préciser qui était responsable de ce bombardement.

it/feb/sb

PLUS:afp