NOUVELLES

Khadr ne craint pas pour sa ferveur religieuse lorsqu'il reviendra au Canada

24/07/2012 05:35 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

TORONTO - Le prisonnier canadien à Guantanamo Bay Omar Khadr ne craint pas une existence de musulman pratiquant au Canada même si la plupart des Canadiens n'ont pas les mêmes croyances religieuses, selon des extraits d'une entrevue que le gouvernement fédéral veut désormais voir en entier.

Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a demandé à Washington de divulguer la vidéo de huit heures de l'entrevue avec le psychiatre Michael Welner, dont le témoignage a contribuer à mener un jury militaire à condamner Khadr à 40 ans de prison.

Des retranscriptions partielles offrent un aperçu de l'approche du psychiatre et de la façon dont Khadr, aujourd'hui âgé de 25 ans, envisageait sa vie à son retour au Canada.

Lors de cette entrevue, réalisée en juin 2010, Khadr dit ne pas craindre pour sa sécurité en raison de sa foi, et se dit persuadé qu'il pourra pratiquer sa religion sans problèmes dans son pays natal.

Cette entrevue a acquis une nouvelle notoriété avec la demande du ministre Toews pour en obtenir une copie, afin de déterminer si le citoyen canadien représente une menace pour la sécurité publique.

En vertu de son entente qui a prévalu sur la peine imposée par le jury, Khadr, originaire de Toronto, à plaidé coupable à cinq accusations, incluant une liée à la mort d'un membre des forces spéciales américaines en Afghanistan. En échange, il a écopé une peine de huit ans d'emprisonnement, en plus des huit ans déjà passés en cellule avant la tenue de son procès devant une commission militaire spéciale.

L'avis du Dr Welner, selon lequel Khadr a «mariné» dans le jihad radical et représente une menace sérieuse pour le public, est diamétralement opposé à deux autres études de cas préparées par la défense de Khadr, et dont M. Toews a déjà des copies.

Comme les avocats canadiens de Khadr, le psychiatre Welner n'a aucune objection à ce que les autorités américaines remettent une copie de la vidéo au ministre Toews.

PLUS:pc