NOUVELLES

Kenya: le procès de deux Iraniens accusés de possession d'explosifs ajourné

24/07/2012 09:07 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

Le procès de deux Iraniens accusés à Nairobi de possession d'explosifs, destinés à une ou plusieurs attaques à la bombe au Kenya, a été ajourné, a constaté mardi un journaliste de l'AFP.

Ahmed Mohammed et Sayed Mansour, arrêtés en juin et inculpés de liens avec un réseau terroriste planifiant des attentats à la bombe dans la capitale Nairobi et la ville côtière de Mombasa, sont accusés de possession de 15 kg de RDX, un puissant explosif militaire.

Au deuxième jour de leur procès mardi, le tribunal a suspendu l'audience jusqu'à une date ultérieure qui devrait être décidée début août, à la demande du Parquet, qui a indiqué avoir d'autres affaires à traiter auparavant.

Les deux accusés, libérés sous caution la semaine dernière, nient les charges retenues contre eux.

Lundi, au premier jour du procès, leur principal avocat, Karathe Wandugi, avait affirmé à l'audience qu'ils avaient été interrogés par les services de sécurité israéliens.

Peu après l'inculpation des deux hommes, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait accusé l'Iran de préparer des attentats contre des intérêts de son pays au Kenya.

Lundi, un enquêteur appelé à la barre par l'accusation a cependant nié toute participation des services israéliens aux interrogatoires des deux Iraniens.

"Nous sommes capables de gérer nos enquêtes. A aucun moment, nous n'avons invité de quelconques forces de sécurité extérieures au Kenya pour interroger les suspects", avait déclaré cet enquêteur, Kennedy Musyoki.

Le procès se tient en anglais avec un interprète pour les accusés.

dw/hv/pjm/aud/ayv/sd

PLUS:afp