NOUVELLES

John Atta Mills, "le Prof" devenu président du Ghana

24/07/2012 02:46 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

Juriste modeste surnommé "le Prof", le président du Ghana John Atta Mills, dont la mort soudaine à 68 ans a été annoncée mardi, était un politique tenace qui avait fait ses classes à l'ombre du leader charismatique Jerry Rawlings.

Au pouvoir depuis janvier 2009, Atta Mills comptait briguer un deuxième mandat en décembre prochain. Des rumeurs avaient circulé sur un cancer de la gorge.

Ce docteur en droit avait accédé au titre suprême après deux candidatures infructueuses en 2000 et 2004 face par John Kufuor, mais avait été vice-président de 1997 à 2000.

Cet homme affable se décrivait lui-même comme un politicien honnête et transparent qui acceptait ses erreurs et en tirait des leçons.

"Le Prof que je connais est très à l'aise avec les gens qui, de tout temps, ont fait partie de notre univers: les paysans, les pêcheurs, bref les pauvres", avait dit de lui son frère Cadman Atta Mills.

D'autres critiquaient son manque de fermeté. "Il est perçu par certains trop tendre pour un dirigeant africain. Les conditions sont rudes en Afrique, il faut être dur", disait un journaliste ghanéen.

John Atta Mills avait présidé en décembre 2010 aux débuts de l'exploitation du pétrole off-shore au Ghana, une ex-colonie britannique volontiers citée comme un modèle de prospérité et de stabilité en Afrique de l'Ouest.

Mais il avait publiquement mis en garde contre les risques liés à l'exploitation des hydrocarbures, comme la corruption, les violences et enlèvements au Nigeria voisin: "Cela doit être une bénédiction et non une malédiction du pétrole", avait-il déclaré.

En 2009, il avait reçu à Accra Barack Obama qui avait choisi le Ghana pour y effectuer sa première visite de président des Etats-Unis en Afrique sub-saharienne.

Né en 1944 à Tarkwa, dans l'ouest, Atta Mills a obtenu un doctorat en droit d'une université britannique. Une matière qu'il a enseignée 25 ans à l'université du Ghana (Accra).

Après un passage à la tête de la direction des impôts, l'"homme de l'ombre" apparaît au grand jour en 1997 lorsque Jerry Rawlings en fait son vice-président, un poste qu'il conservera jusqu'en 2000.

Il s'était pourtant opposé à son bouillant mentor, qui a dirigé le pays pendant près de deux décennies, d'abord comme chef militaire puis comme président élu.

Lors des primaires de son parti il y a un an, il avait écrasé son unique rivale, Nana Konadu Agyemang Rawlings, l'épouse de Jerry.

Atta Mills estimait que cette victoire "montrait le degré de démocratie à l'intérieur du parti" au pouvoir.

Mais le couple Rawlings avait auparavant accusé son administration de ne pas avoir poursuivi des responsables de la précédente administration soupçonnés de corruption.

Marié et père d'un garçon, John Atta Mills a publié une dizaine d'ouvrages spécialisés, notamment sur les impôts.

Fou de hockey sur gazon, nageant deux heures presque tous les jours, il se passionnait pour le football. Il a ainsi été au comité directeur des Hearts of Oak, l'un des clubs les plus prestigieux du pays et un supporteur acharné de Manchester United.

sn-jlh-jms/jlb

PLUS:afp