NOUVELLES

Evan Bush est brillant mais l'Impact s'incline 4-2 aux tirs au but contre l'OL

24/07/2012 10:01 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Il y a de ces défaites qui deviennent des victoires morales. Celle de 1-1 (4-2) subie mardi aux tirs au but par l'Impact de Montréal contre l'Olympique Lyonnais s'inscrit assurément dans cette veine.

Les deux clubs s'étaient mis d'accord pour une séance de tirs au but en cas d'égalité après 90 minutes. Dommage. Aucune des deux formations ne méritait de perdre ce match amical disputé à un rythme effréné devant 19 225 spectateurs, la plus imposante foule au stade Saputo cette saison.

Ce fut particulièrement le cas du gardien montréalais Evan Bush, qui a multiplié les arrêts spectaculaires au cours de cette rencontre, frustrant notamment en trois occasions Bafetimbi Gomis.

Mais comme il fallait séparer les deux opposants, les buts d'Aly Cissokho, Bakari Koné, Gueida Fofana et Gomis auront finalement procuré cette victoire aux visiteurs. Calum Mallace et Sinisa Ubiparipovic ont déjoué Rémy Vercoutre pour le onze montréalais, mais Lamar Neagle et Josh Gardner ont raté le filet.

Jérémy Pied avait ouvert la marque pour l'OL à la 24e minute. Andrew Wenger, magistral à son retour au jeu, a permis à l'Impact de créer l'égalité à la 39e.

La première mi-temps n'a certainement pas laissé croire que l'Impact et l'Olympique Lyonnais se livraient un match amical. Les deux équipes se disputaient chaque pouce de terrain et les — très — imposants Lyonnais ont complètement fermé le terrain aux joueurs de l'Impact dans le premier quart d'heure.

Les visiteurs ont d'ailleurs profité d'une largesse d'Alessandro Nesta. L'ex-international italien, à son premier match en bleu, blanc et noir, a remis le ballon directement à Jimmy Briand tout juste à l'extérieur de la surface à la 10e minute. Heureusement pour Nesta, Bush veillait toutefois au grain et a intercepté la passe de l'attaquant français.

«Premièrement, l'équipe qu'ils ont mise sur le terrain en première demie, c'est une très bonne équipe, a noté l'entraîneur-chef de l'Impact Jesse Marsch. C'était un grand défi pour nous que de se mesurer à ce groupe. Ils ont obtenu d'excellentes chances en première demie, tout comme nous. Ce fut un match ponctué de nombreuses contre-attaques. Ils voulaient démontrer ce qu'ils pouvaient faire avec le ballon. Le match a été très divertissant. (...) N'eut été de (Hugo) Lloris, on quitte la terrain avec une avance de deux ou trois buts.»

Même si l'Impact a repris du poil de la bête — Wenger a notamment forcé Lloris à effectuer un beau plongeon sur sa droite pour stopper son puissant tir — c'est l'Olympique qui s'est inscrit le premier à la marque à la 24e minute. Pied a complété une belle manoeuvre amorcée par Yoann Gourcuff pour Lisandro Lopez, qui a trouvé Pied au sommet de la surface. Le tir de ce dernier n'a laissé aucune chance à Bush.

Cette avance ne devait durer qu'un quart d'heure. Wenger, qui a connu une électrisante soirée à son retour au jeu, a accepté la passe de Patrice Bernier avant de faire prendre une tasse de café à Koné avec un superbe pivot, pour ensuite déjouer le gardien d'un puissant tir sur sa droite.

«C'est bon pour la confiance, a indiqué l'Américain. J'étais encore un peu rouillé, mais j'espère que je serai en mesure de mettre ça de côté au cours des prochains jours. Ce nouvau partenariat avec Marco (Di Vaio) ne pourra que s'améliorer.»

Felipe viendra ensuite sauver les meubles pas une, mais deux fois sur des corners dans les derniers instants de la demie pour permettre à l'Impact de rentrer au vestiaire avec une égalité. Il a d'abord privé Cris d'un but certain en stoppant sa tête à la 42e. Le milieu de terrain répétera l'exploit dans les arrêts de jeu, stoppant du pied un puissant tir lyonnais.

Mais ces arrêts de Felipe n'auraient pas pesé lourd sans le brio de Bush. Le gardien montréalais a d'abord stoppé Briand à la 19e, quand ce dernier a fait dévier de la tête le corner de Gourcuff. Bush a ensuite réalisé son premier arrêt face à Gomis à la 41e, avant de frustrer coup sur coup Briand et Gomis de tirs de la surface à la 62e minute. Bush devait venir hanter Gomis 12 minutes plus tard. Le gardien a stoppé du bout des doigts la bicyclette du Lyonnais sur le brillant centre d'Alexandre Lacazette.

«Il a été fantastique» a dit Wenger de son gardien, qui n'a pas voulu s'emballer à la suite de sa prestation.

«Au niveau des tirs, je crois que j'ai eu une bonne soirée, a analysé Bush. Mais il y a un paquet de petites choses que j'aurais pu mieux faire, comme sur certains centres ou certains de mes dégagements. Je ne veux pas être trop excité ou trop déçu après une performance, alors je vais garder ça plutôt stable au niveau des émotions.»

Garde pas surpris, mais déçu

L'entraîneur-chef des visiteurs, Rémi Garde, n'a pas été surpris de la performance de l'Impact, même si son club semblait vouloir dicter le ton au cours des 15 premières minutes,

«Je n'ai pas été surpris du niveau de jeu offert par l'Impact. Il faut dire que l'Impact a le rythme d'une équipe qui joue en championnat depuis déjà une vingtaine de parties, alors que nous sommes en préparation. Je pense que la différence athlétique entre les deux équpes a gommé un petit peu l'écart qu'on aurait pu voir entre les deux équipes.»

On l'a toutefois senti un peu déçu de la performance des siens.

«Ce match m'a donné des confirmations, à la fois positives et inquiétantes sur ma formation. On donne notamment trop d'occasions. Sans un grand Hugo Lloris en première mi-temps, on rentre au vestiaire en tirant de l'arrière. J'ai été rassuré par notre animation offensive, sauf dans les 30 derniers mètres, où on aurait pu mettre davantage à l'épreuve la défense de Montréal.»

PLUS:pc