NOUVELLES

Clinton: les Etats-Unis doivent intervenir pour empêcher les génocides

24/07/2012 07:34 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déclaré mardi que les Etats-Unis avaient "l'obligation morale" d'intervenir pour empêcher un régime de commettre un "génocide" contre son peuple.

Le "président (Barack) Obama a clairement établi que la prévention des crimes de masse et des génocides relevait de la sécurité nationale et aussi d'une responsabilité morale", a déclaré Mme Clinton lors d'un colloque au musée du mémorial américain de l'Holocauste à Washington.

"Si un gouvernement ne peut pas, ou ne veut pas, protéger ses concitoyens, alors les Etats-Unis et leurs partenaires doivent agir", a dit la chef de la diplomatie américaine, citant la Libye, la Côte d'Ivoire ou la Syrie.

Mais "l'obligation morale" de Washington n'implique pas forcément une "action militaire", a prévenu Mme Clinton, pour qui "le recours à la force doit être la dernière option" après "la diplomatie, les sanctions économiques, ou l'aide humanitaire ou les mesures juridiques".

"Malgré tout ce que nous avons appris et accompli ces 70 dernières années, le +plus jamais ça+ reste un voeu pieux", a admis la secrétaire d'Etat.

Car pour le crime de génocide, "nous sommes confrontés aux instincts les plus profonds, les plus complexes de l'être humain qui cherche à la fois à se protéger et à déshumaniser son prochain pour renforcer son pouvoir", a analysé Mme Clinton. Elle a rappelé que les "génocides et les crimes de masse ne surviennent jamais spontanément et sont toujours planifiés", citant la Shoah, les génocides au Cambodge, au Rwanda ou en ex-Yougoslavie.

Le génocide est le crime le plus grave reconnu par le droit international, mais aussi le plus difficile à prouver.

Il est utilisé pour la première fois par le tribunal militaire international de Nuremberg en 1945, lors de la mise en accusation de dignitaires nazis, finalement condamnés pour crimes contre l'humanité. En droit international, le génocide est reconnu depuis 1948 par la Convention des Nations unies. Celle-ci énumère une série de crimes, dont le meurtre, qui le constituent à condition d'être commis "avec l'intention de détruire en tout ou en partie un groupe national, ethnique, racial ou religieux".

La Cour pénale internationale (CPI) à La Haye est le seul tribunal international permanent chargé de juger les auteurs de génocide commis depuis 2002.

jkb-nr/chv

PLUS:afp