NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse, pliant sous le poids des taux espagnols

23/07/2012 09:51 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a ouvert en nette baisse lundi, dans le sillage des marchés européens qui s'affolaient à mesure que les taux obligataires espagnols poursuivaient leur envol: le Dow Jones reculait de 1,61% et le Nasdaq de 2,15%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average abandonnait 206,88 points à 12.615,69 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 62,99 points à 2.862,31 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 cédait 1,52% (-20,75 points) à 1.341,91 points.

Wall Street avait clôturé en recul vendredi, pénalisée par le retour des inquiétudes pour la zone euro: le Dow Jones avait perdu 0,93% et le Nasdaq 1,37%.

Les investisseurs américains portaient à nouveau toute leur attention sur le Vieux Continent où une nouvelle vague de pessimisme faisait craindre un plan de sauvetage global de l'Espagne, quatrième économie de la zone euro.

Jusqu'à présent, Madrid a seulement accepté une aide pour ses banques allant jusqu'à 100 milliards d'euros.

Mais loin d'être rassurés par l'approbation vendredi des modalités de ce plan de secours, les investisseurs se sont surtout inquiétés de la demande d'aide le même jour de la région de Valence, une des plus importantes du pays.

Ce regain d'inquiétude s'est traduit par la flambée des taux d'intérêts à 10 ans de Madrid qui atteignaient lundi 7,44% après avoir touché un peu plus tôt 7,5%, un record depuis la création de la zone euro en 1999. Ces taux sont jugés insoutenables sur la durée.

"Le marché s'est concentré ces dernières semaines sur les résultats et sur la possibilité d'une mesure d'assouplissement monétaire, mais il est probable que l'Europe écrase les marchés dans les semaines à venir", a noté Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

En effet, "la crise européenne de la dette est loin d'être terminée et les inquiétudes vont s'intensifier", a-t-il résumé.

A cela, se sont ajoutées des informations négatives en provenance de Chine.

La deuxième puissance économique mondiale "continue à inquiéter par son ralentissement économique", a fait valoir Wells Fargo. Ceci, ont ajouté les experts de cette banque, d'autant plus qu'"un membre du comité de politique monétaire du pays a dit pendant le week-end que la croissance pourrait ralentir à 7,4%", contre un taux de 7,6% sur un an enregistré au deuxième trimestre.

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,423% contre 1,460% vendredi et celui à 30 ans à 2,495% contre 2,546%.

sab/sl/mdm

PLUS:afp