NOUVELLES

Une vague d'attentats fait au moins 106 morts dans plusieurs villes d'Irak

23/07/2012 02:57 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

BAGDAD - Une série d'attaques et d'explosions a tué au moins 106 personnes lundi en Irak, la journée la plus meurtrière depuis deux ans dans le pays, ont annoncé les autorités.

Quinze villes ont été touchées par cette vague d'attentats coordonnés, qui visaient principalement des responsables gouvernementaux et les forces de sécurité. Plus de 200 personnes ont été blessées.

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a condamné ces attentats, commis en «violation flagrante» du ramadan, le mois saint des musulmans. Les responsables de la sécurité ont prévu d'élaborer une nouvelle stratégie pour protéger le public.

Ces attaques n'ont pas été revendiquées, mais la veille, le chef d'Al-Qaïda en Irak avait annoncé une nouvelle offensive et prévenu que l'organisation terroriste se réorganisait dans les zones qu'elle avait quittées avant le départ des soldats américains, en décembre.

L'attaque la plus meurtrière a eu lieu à Taji, une ville sunnite située à une vingtaine de kilomètres au nord de Bagdad, où des bombes placées autour de cinq maisons ont été déclenchées à l'aube. Un kamikaze s'est fait exploser alors que la police arrivait sur place pour porter secours aux victimes. Au total, 41 personnes ont été tuées dans cette attaque.

À Udaïm, dans le nord-est du pays, des hommes armés circulant dans trois voitures ont attaqué une base militaire et ouvert le feu sur les soldats, tuant treize d'entre eux. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite, ont indiqué deux hauts responsables de la police.

Dix personnes ont également été tuées dans au moins quatre attaques perpétrées à Mossoul, dans le nord du pays.

Dans la province de Diyala, dans le nord-est, des voitures piégées, des bombes et une fusillade visant les forces de sécurité ont fait au moins 11 morts et 25 blessés, selon le porte-parole de la police locale, le commandant Khalib al-Karkhi.

PLUS:pc