NOUVELLES

Un drone américain tue neuf militants présumés dans le N-O du Pakistan

23/07/2012 09:26 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

ISLAMABAD - Des drones américains ont tiré lundi huit missiles sur une base occupée par un puissant commandant de miliciens située dans le nord-ouest du Pakistan, tuant neuf insurgés présumés, ont indiqué des responsables des services de renseignements pakistanais.

Il n'était pas possible de savoir si le commandant, Sadiq Noor, se trouvait dans la base du village de Dre Nishter, dans la région tribale du Waziristan du Nord. M. Noor est le plus important commandant d'Hafiz Gul Bahadur, un important insurgé pakistanais luttant en Afghanistan.

Les neufs militants présumés tués étaient catégorisés comme étant des soldats de M. Bahadur, ont précisé les responsables des renseignements.

Les responsables américains, quant à eux, ne discutent que rarement en détail du programme de drones dirigé par la CIA au Pakistan.

Ces attaques ont avivé les tensions entre Washington et Islamabad. Les frappes sont extrêmement impopulaires au Pakistan, plusieurs personnes croyant qu'elles tuent principalement des civils, une allégation mise en doute par les États-Unis.

Des responsables pakistanais dénoncent régulièrement les attaques comme des violations de la souveraineté du pays, mais le gouvernement a appuyé certaines de ces frappes par le passé. Cette coopération est devenue plus difficile alors que la relation entre les États-Unis et le Pakistan s'est détériorée.

Les responsables Pakistanais disent vouloir la fin des attaques de drones et demandent aux États-Unis de leur fournir les informations recueillies par les avions sans pilote pour que les chasseurs et forces au sol pakistanaises puissent cibler les militants.

Du côté américain, toutefois, on soutient que le Pakistan s'est montré incapable ou réticent à cibler les militants considérés comme dangereux par les États-Unis, et la campagne de drones de la CIA, considérée comme l'outil le plus efficace dans l'arsenal antiterroriste américain, va se poursuivre.

Le Pakistan aurait un pacte de non-agression avec Bahadur, bien que l'armée nationale ne l'ait jamais admis. Le Pakistan a également refusé d'accéder aux demandes des États-Unis consistant à s'attaquer aux talibans afghans ainsi qu'au réseau Haqqani, l'un des groupes de militants combattant en Afghanistan les plus dangereux.

Islamabad affirme que ses forces sont trop éparpillées dans leurs combats contre les insurgés présents sur le sol national. Mais plusieurs spécialistes croient que le gouvernement hésite à cibler les militants avec qui il est historiquement en bonne relation, et qui pourraient être de précieux alliés en Afghanistan lorsque les forces étrangères seront reparties.

PLUS:pc