NOUVELLES

Ski acrobatique: le champion du monde Warren Shouldice annonce sa retraite

23/07/2012 01:10 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

CALGARY - Warren Shouldice, champion du monde en titre en sauts, a décidé d'accrocher ses skis après avoir passé dix ans au sein de l'équipe nationale de ski acrobatique.

L'athlète de 29 ans de Calgary a participé aux Jeux olympiques à deux reprises. Il a terminé sixième à Turin en 2006 et dixième à Vancouver en 2010. Au cours de sa prestigieuse carrière, Shouldice a participé à 61 épreuves en Coupe du monde et mérité 12 médailles, incluant une victoire impressionnante devant ses partisans en 2011, à Calgary. Il a pris part à trois Championnats du monde, décrochant le bronze en 2009 et l'or en 2011.

Shouldice était aussi reconnu pour son impressionnant saut signature.

À l'âge de 22 ans, à l'été 2002, il s'est cassé le cou lors d'un accident subi à l'entraînement sur rampes d'eau. À peine quelques mois plus tard, il prenait part à sa toute première compétition en Coupe du monde.

Shouldice, toujours appelé «Wookie» par ses entraîneurs et ses coéquipiers, a ensuite développé et exécuté en compétition un saut qu'il demeure le seul au monde à exécuter en compétition. Il s'agit d'un lay, triple full, full (un triple périlleux arrière avec quatre vrilles, dont trois vrilles au deuxième tour). Selon la tradition, le premier athlète à exécuter un saut en compétition obtient le droit de le nommer. Il l'a donc baptisé le «Lawn Chair 3000» (chaise de jardin 3000).

«En sauts, un ‘lawn chair' est un argot pour décrire un mauvais envol, a-t-il expliqué. Et 3000, c'est pour la triple vrille. Ça me semblait l'appellation la plus ridicule possible pour ce saut… c'est donc ce que j'ai choisi. C'est une sorte de blague entre nous.»

Shouldice a exécuté ce saut lors des Jeux de Turin et a raté le podium de peu à cause d'un atterrissage un peu trop bas.

Lors d'une épreuve de Coupe du monde au Québec en 2009, Shouldice a fait une très mauvaise chute à la réception de ce même saut et a subi une commotion cérébrale en plus d'une compression vertébrale. Mais il était de retour en piste à peine six semaines plus tard aux Championnats du monde à Inawashiro, au Japon, où il a exécuté le même saut et mérité la médaille de bronze.

Aux Jeux de Vancouver, Shouldice a obtenu la meilleure note de la compétition de sauts avec son saut signature. Il a cependant moins bien fait avec son autre saut lors de cette épreuve où l'on tenait compte du score combiné des deux sauts pour déterminer l'ordre du classement, et a finalement pris le 10e rang.

En plus d'avoir eu l'occasion de représenter le Canada à deux reprises aux Olympiques, le fait saillant de sa carrière s'est produit aux Championnats du monde de 2011 à Deer Valley. Lors de cette épreuve, il a rebondi de la septième place à l'issue de la première ronde de sauts pour exécuter un lay, triple full, full parfait en deuxième ronde, qui lui a valu une note parfaite et la médaille d'or, lui permettant ainsi de s'emparer du titre mondial.

«Ces trois secondes resteront à jamais gravées dans ma mémoire, a-t-il indiqué. D'exécuter ce saut, qui est en fait le mien, dans de telles circonstances et sous pression, et de mériter une note parfaite, [...] c'était un rêve qui se réalisait. Je respecte profondément ce saut. C'est un saut tellement difficile à bien exécuter, sans parler de le faire à la perfection. Je me rappellerai très clairement pour le reste de ma vie comment tout s'est emboîté à la perfection à ce moment-là, à Deer Valley.»

Shouldice, qui était gymnaste avant de se consacrer aux sauts, n'a pas pris à la légère cette décision de prendre sa retraite.

«Ce n'est pas quelque chose qui se décide rapidement, a-t-il évoqué. J'y songe probablement depuis les Jeux de Vancouver, mais après ces Jeux, j'en suis venu à la conclusion qu'il me restait encore suffisamment d'énergie et de passion pour poursuivre, et je suis ensuite parvenu à exécuter cette performance mémorable aux Championnats du monde.

«Après m'être blessé en 2012, j'ai dû prendre une pause et j'ai réalisé que j'aimais vraiment mon ‘autre' vie, à la maison. Je suis allé à l'école et j'ai compris que j'étais prêt à entamer le prochain chapitre de ma vie. Je suis très enthousiaste à l'idée d'étudier, de me trouver un emploi et d'aller de l'avant.»

PLUS:pc