NOUVELLES

Northern Gateway: la Colombie-Britannique dresse une liste de conditions

23/07/2012 03:37 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Le ministre britanno-colombien de l'Environnement, Terry Lake, estime que les réponses aux interrogations sur le projet d'oléoduc Northern Gateway sont jusqu'ici «insuffisantes», et il a défini lundi les conditions nécessaires à l'appui de sa province au projet albertain.

Le ministre Lake a indiqué qu'en plus des évaluations et autorisations environnementales, la province devait pouvoir profiter d'une part acceptable des bénéfices financiers du projet, afin de refléter les risques assumés par les contribuables, le gouvernement et l'environnement advenant un déversement de pétrole sur les côtes de la Colombie-Britannique.

Victoria demande également que des plans de prévention et d'intervention soient élaborés, et qu'un système de récupération de calibre international soit prévu en cas de déversement.

La politique gouvernementale requiert également que les droits des membres des Premières Nations et les droits prévus par les traités soient respectés, en plus d'exiger que ce projet fournisse des opportunités pour les Autochtones.

Pour le ministre albertain des Affaires intergouvernementales Cal Dallas, verser à la Colombie-Britannique une plus grande partie des bénéfices économiques prévus dans le cadre du projet d'oléoduc n'est toutefois pas une option et n'a aucun sens.

Selon M. Dallas, chaque province a ses ressources à développer _ la Saskatchewan ne partage pas ses revenus tirés de l'uranium, et l'Ontario et le Québec ne versent pas d'argent aux autres provinces pour leurs projets miniers.

Le ministre soutient que des difficultés d'ordre constitutionnel pourraient survenir si l'Alberta versait des sommes à la Colombie-Britannique pour son appui de l'oléoduc.

Dans une déclaration faisant suite à l'annonce du gouvernement britanno-colombien, la première ministre albertaine Alison Redford a décrit le développement de l'oléoduc comme un impératif national.

Les demandes de Victoria sont formulées quelques jours après que la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, eut critiqué Enbridge (TSX:ENB), cette compagnie de Calgary chargée du projet d'oléoduc Northern Gateway.

Mme Clark avait alors durement critiqué la manière dont Enbridge avait réagi après une importante fuite de son oléoduc au Michigan.

Enbridge propose la construction de l'oléoduc Northern Gateway, un projet dont la valeur est estimée à 5,5 milliards $. Il permettrait le transport du pétrole entre les sables bitumineux de l'Alberta et le port de Kitimat, situé près de la côte ouest de la Colombie-Britannique.

La première ministre Clark a joint sa voix à celles de nombreux autres sceptiques lorsqu'elle a souligné que la province qu'elle dirige prenait la majeure partie des risques sans toutefois tirer d'importants avantages du projet.

À la fin de la semaine dernière, Enbridge a annoncé qu'elle prévoyait dépenser plus de 500 millions $ afin d'améliorer la sécurité de son projet Northern Gateway.

Les Premières Nations ont cependant déjà rejeté le plan, soutenant qu'il omettait d'aborder les inquiétudes à propos de la menace environnementale que représentent les pétroliers qui transporteront ensuite le pétrole le long de la côte de la Colombie-Britannique.

Les néo-démocrates provinciaux s'opposent également au projet.

PLUS:pc