NOUVELLES

Les enfants victimes directes des violences en Syrie, dénonce une ONG

23/07/2012 02:47 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

La communauté internationale a échoué à protéger les enfants en Syrie, victimes directes des violences qui secouent le pays depuis 16 mois, a dénoncé lundi l'organisation War Child, basée à Londres.

"Les parties syriennes en conflit sont coupables de crimes de guerre", a affirmé l'ONG dans un rapport, qualifiant de "choquante" la situation des enfants dans ce pays.

"La façon dont sont traités les enfants est inhumaine. Des enfants et des jeunes gens ont été massacrés sommairement, détenus illégalement, abusés sexuellement, utilisés dans les combats, enlevés et torturés, se sont vu refuser l'accès à l'école et à l'aide humanitaire, et ont été la cible délibérée d'attaques violentes", a-t-elle détaillé.

Dans une préface, le directeur de l'ONG, Rob Williams, a accusé les forces du président Bachar al-Assad et "les milices qu'il soutient d'avoir abattu, détenu, torturé et abusé sexuellement des enfants" depuis le déclenchement de la révolte il y a 16 mois.

Parallèlement, les forces de l'opposition ont "incorporé des enfants dans leurs rangs et échoué à protéger de façon adéquate les enfants lorsqu'elles engageaient des hostilités dans des zones habitées par des civils", a-t-il ajouté.

Le rapport dénonce "le manque d'unité au niveau international", soulignant que le nombre d'enfants tués depuis l'adoption du plan de sortie de crise de Kofi Annan en mars 2012 avait "augmenté de façon significative".

Des organisations de défense des droits de l'Homme évaluent à plus de 1.200 le nombre d'enfants tués depuis 16 mois.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) avait indiqué en février que des centaines d'enfants avaient été placés en détention, et y avaient été victimes de tortures et de violences sexuelles.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 19.000 personnes sont mortes dans les violences depuis mars 2011.

bur/hkb/cco/tp

PLUS:afp