NOUVELLES

Les dissidents cubains, en deuil, promettent de poursuivre leur combat

23/07/2012 06:08 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

LA HAVANE, Cuba - Les dissidents cubains ont promis lundi de poursuivre leur combat pour les droits politiques et civils à Cuba, au lendemain de la mort du militant Oswaldo Paya dans un accident de la route. Des gouvernements étrangers, notamment celui des États-Unis, ont envoyé des messages de condoléances.

Des proches, des dissidents et des responsables de l'Église catholique cubaine se sont rassemblés lundi dans la résidence d'Oswaldo Paya à La Havane pour attendre l'arrivée de son corps pour les funérailles.

«Je veux dire merci pour tous les messages, les appels et les gens qui sont venus exprimer leur appui dans ce moment tragique», a déclaré Ernesto Marti, un proche allié d'Oswaldo Paya, aux personnes présentes. «Je peux vous promettre et vous assurer que nous poursuivrons notre lutte et nos demandes pour les droits civils de tous les Cubains.»

Oswaldo Paya s'est fait connaître sur la scène internationale en tant que leader du projet Varela, une campagne de signatures pour demander au gouvernement cubain d'organiser un référendum sur la protection des droits civils à Cuba, notamment la liberté d'expression et la liberté de réunion. La campagne, lancée il y a une dizaine d'années, est considérée comme l'une des plus importantes initiatives non violentes pour changer le système à Cuba.

Oswaldo Paya est mort dimanche en compagnie d'un autre dissident, Harold Cepero Escalante, lors d'un accident de voiture survenu à La Gavina, dans la province de Granma, à environ 800 kilomètres de La Havane. Selon les autorités, le conducteur de la voiture de location dans laquelle se trouvaient les dissidents a perdu le contrôle et a percuté un arbre. Les autres passagers de la voiture, deux Européens, ont été traités pour des blessures mineures.

On ne sait pas très bien pour l'instant qui conduisait la voiture.

L'administration du président Barack Obama a déploré la mort d'Oswaldo Paya.

Il était «un défenseur infatigable des droits civils à Cuba (...) qui a donné des décennies de sa vie pour la lutte non violente en faveur de la liberté et de la réforme démocratique à Cuba», a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué.

Le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Mitt Romney, a déclaré que «la cause de la liberté à Cuba a perdu l'une de ses voix les plus fortes et l'un de ses leaders les plus respectés».

Mitt Romney et d'autres politiciens américains, dont des membres du groupe cubano-américain au Congrès, ont fait allusion à des informations non confirmées qui laissent entendre qu'une deuxième voiture pourrait avoir été impliquée dans l'accident. Les groupes d'exilés cubains aux États-Unis ont réclamé une enquête approfondie.

Certains dissidents ont diffusé leurs théories sur les médias sociaux, tandis que d'autres ont estimé qu'il n'y avait pas de raison de soupçonner un acte suspect.

«Nous excluons toute théorie conspirationniste», a déclaré Elizardo Sanchez, l'un des porte-parole de l'opposition cubaine.

Les médias officiels cubains ont fait mention de l'accident, mais sans dire qu'Oswaldo Paya et Harold Cepero Escalante étaient des opposants du gouvernement communiste.

PLUS:pc