NOUVELLES

Les Athletics ont des allures de Moneyball après un balayage des Yankees

23/07/2012 06:12 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

OAKLAND, États-Unis - Moneyball, prise deux?

Exactement 10 ans après que les Athletics d'Oakland aient inspiré le livre qui a mené à un film, l'été dernier, l'organisation la moins dépensière des majeures est de nouveau en vedette.

Les A's dominent les grandes ligues avec une fiche de 14-2 en juillet, et ils viennent de balayer nuls autres que les Yankees, à Oakland, pour se placer à égalité en tête de la course aux quatrièmes as, dans l'Américaine.

La nouvelle cohorte de méconnus du d.g. Billy Beane commence à ramener de la vie au Coliseum.

«Je pense que Billy est très bon pour trouver des joueurs motivés et capables de produire, a dit le troisième but Brandon Inge. Des joueurs qui ne vont pas trop penser à leurs statistiques et qui veulent faire partie d'un club gagnant. Nous n'avons pas de prima donnas, et c'est probablement ça la clé. Nous sommes plus des cols bleus.»

Avec en arrière-scène les mêmes histoires de stade contesté, les A's, par souci d'économies, ont échangé l'hiver dernier leurs trois meilleurs lanceurs, soit Trevor Cahill, Gio Gonzalez et Andrew Bailey. Ils ont commencé la saison 2012 avec la plus petite masse salariale dans l'Américaine, soit 53 M $.

Comme exemple, il suffit du salaire de deux joueurs des Yankees cette année - Alex Rodriguez, avec 30 M $, et CC Sabathia, avec 24,3 M$, pour totaliser plus d'argent que toute la formation du gérant Bob Melvin. Les Yankees ont une masse salariale de 200 M $.

Le balayage des Yankees au vieux Coliseum a envoyé un message clair au reste de l'Américaine: il faut lutter durement à chaque match contre les A's. Entre autres parce que l'équipe domine les majeures pour les gains au dernier tour au bâton, avec 11.

«Ça fait beaucoup de bien de battre les meilleures équipes du baseball, a dit le voltigeur de centre Coco Crisp, qui a donné la victoire aux siens avec un simple en 12e, dimanche. Regardez les alignements d'équipes comme les Tigers ou bien les Angels. Ils ont des grosses masses salariales et les joueurs le méritent, mais c'est sûr que ça nous fait grand plaisir quand nous les battons.»

Le coup de balai porté aux Yankees s'est déroulé devant des foules plus grandes à chaque match, dont 30 470 personnes pour la cerise sur le gâteau, dimanche.

Au début de la campagne, certains prédisaient aux A's une saison de 90 ou même 100 revers, mais de nouveaux jeunes joueurs ont émergé, dont le voltigeur Josh Reddick et le receveur Derek Norris, ainsi que les lanceurs Tommy Milone, Jarrod Parker et Travis Blackley. Leur contribution a été cruciale, car Brandon McCarthy, Brett Anderson et Dallas Braden récupèrent de blessures.

Les A's mènent la ligue avec une moyenne de points mérités de 3,37. Leur moyenne au bâton de ,228 est la pire des majeures, mais les circuits sont au rendez-vous, avec déjà 101 longues balles.

«C'est la même formule que quand j'étais ici et que l'équipe avait du succès», a dit le troisième but des Yankees Eric Chavez, qui a joué avec Oakland de 1998 à 2010.

Beane est allé au-delà des repères habituels - moyenne au bâton, circuit et points produits, pour les frappeurs, victoires, défaites et moyennes, pour les lanceurs, et s'est tourné vers d'autres calculs, en préséance au dépistage traditionnel, pour bâtir des clubs gagnants au début des années 2000.

Chaque club utilise maintenant à divers degrés de telles formules, avec plus d'argent que les Athletics.

La belle séquence actuelle (cinq gains de suite) ne règle toutefois pas le problème du Coliseum inauguré en 1966, le seul stade à accueillir encore à la fois une équipe de baseball et une de football, les Raiders.

Beane et le proprio Lew Wolff aimeraient bien que le commissaire Bud Selig décide si l'organisation peut construire un nouveau stade à 64 km au sud, à San Jose, même si les Giants de San Francisco y ont les droits territoriaux. Plus de trois ans après que Selig ait formé un comité pour étudier la question, on ne semble pas plus avancé, et rien ne laisse planer de réponse dans l'immédiat.

Le stoppeur Ryan Cook était le seul représentant de l'équipe au match des étoiles, lui qui a 10 sauvetages et une moyenne de 1,70. Reddick domine le club avec 21 circuits et 46 points produits. Le mieux payé est le voltigeur cubain Yoenis Cespedes, qui a signé un contrat de 36 M $ pour quatre ans.

Cespedes a fourni jusqu'ici une moyenne de ,299 avec 13 circuits et 45 points produits, même s'il a raté environ un mois à cause d'une élongation à la main gauche.

Les A's ont un dossier de 39-24 quand il est dans la formation, et de 12-20 quand il ne l'est pas.

«Si les séries commençaient demain, vous feriez mieux de vous méfier des Athletics d'Oakland», a dit Cespedes au cours du week-end.

PLUS:pc