NOUVELLES

Le choix de novembre "ne pourrait pas être plus important", prévient Obama

23/07/2012 06:36 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

Barack Obama a prévenu les Américains que le choix qu'ils effectueront lors de la présidentielle "ne pourrait pas être plus important", dans une nouvelle publicité télévisée lundi qui délaisse le ton négatif adopté jusque-là contre son adversaire républicain Mitt Romney.

"Dans les quatre prochains mois, vous aurez un choix à faire. Pas seulement entre deux partis politiques ou deux personnes", affirme le président sortant, qui fixe directement la caméra: "C'est un choix entre deux projets très différents pour notre pays".

"Le plan du gouverneur Romney réduirait les impôts des plus riches, abrogerait les règles encadrant les grandes banques, et il dit que si nous le faisons, notre économie croîtra et tout le monde en bénéficiera", remarque M. Obama, docte et calme.

"Mais vous savez quoi? Nous avons essayé cette approche. C'est ce qui a provoqué cette catastrophe", ajoute le président, en allusion à la crise économique qui a éclaté quelques mois avant qu'il succède au républicain George W. Bush à la Maison Blanche.

Reprenant le canevas de ses discours de campagne actuels, M. Obama se dit aussi persuadé que "la seule façon de créer une économie construite pour durer est de renforcer la classe moyenne. Demander aux riches de payer un peu plus pour que nous puissions rembourser notre dette de façon équilibrée".

"Parfois, la politique peut paraître quelque chose de très petit. Mais le choix que vous devrez faire ne pourrait pas être plus important", assure-t-il.

Le ton positif de cette vidéo d'une minute, qui sera diffusée dans les principaux Etats en mesure de faire la différence le 6 novembre (Colorado, Floride, Iowa, Caroline du Nord, New Hampshire, Nevada, Ohio, Pennsylvanie et Virginie), est à l'opposé des publicités les plus mémorables jusqu'ici élaborées par l'équipe de campagne démocrate, féroces envers M. Romney.

L'une des plus récentes accusait le républicain d'avoir dirigé des entreprises ayant délocalisé des emplois à l'étranger, et de posséder des comptes dans des paradis fiscaux. On y entendait M. Romney chanter - très faux - la chanson patriotique "America the beautiful".

tq/lor

PLUS:afp