NOUVELLES

L'armée syrienne semble avoir repris le contrôle de la majorité de Damas

23/07/2012 11:20 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

L'armée syrienne semble avoir repris lundi le contrôle de la plus grande partie de Damas, à l'issue d'une semaine de violents combats, les rebelles se cantonnant désormais à une stratégie de harcèlement, a-t-on appris du côté des opposants de l'intérieur et des autorités.

"Malheureusement, l'armée du régime a repris le contrôle de la quasi-totalité de la capitale, il y a encore des accrochages à Qadam (sud) et Daraya (banlieue sud de Damas)", a affirmé à l'AFP un militant se présentant sous le nom d'Omar al-Qabouni.

"Il reste encore des membres de l'Armée syrienne libre (ASL), mais ils se cachent désormais", a-t-il ajouté. L'ASL est principalement formée de déserteurs.

Pour la militante Lena al-Chami, qui habite Mazzé (ouest), il y a toujours des survols du quartier par des hélicoptères. "L'armée est présente dans toute la capitale, mais cela ne veut pas dire qu'elle contrôle la ville car l'ASL attaque les soldats", a-t-elle dit, en allusion à une stratégie de guérilla.

Selon un autre opposant basé à Damas et disant se nommer Ahmed al-Midani, joint pas Skype, "la bataille pour la libération de Damas se poursuit et il y a encore des combats dans plusieurs secteurs. C'était la première phase et une seconde va suivre avec des attaques qui vont frapper le régime".

Le régime, pour sa part, se montrait confiant dans sa capacité à rétablir son autorité. "Il se peut qu'il y ait encore un affrontement dans une rue ou une autre, un quartier ou un autre, mais nous pouvons rassurer toute le monde que la situation s'est nettement améliorée", a dit à la presse à Damas, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdessi.

"Ce qui s'est passé à Damas était passager et cela ne durera pas plus que deux jours avant que les choses reviennent à la normale", a-t-il ajouté.

Une source de sécurité syrienne a confirmé la reprise de la capitale. "Le contrôle par l'armée est achevé mais maintenant il s'agit surtout de perquisitions, notamment à Kfar Soussé, à la recherches de terroristes cachés".

Selon Rami Abdel Rahmane, président l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "les troupes régulières ont pris le contrôle de certaines régions mais dans d'autres secteurs les rebelles sont encore présents".

La situation semblait calme lundi à Damas par rapport aux jours précédents où était entendu le bruit de la canonnade et des armes automatiques, et les gens étaient plus nombreux dans les rues. Mais il était impossible de se faire une idée exacte de la situation en raison de la limitation du mouvement des journalistes.

bur-sk/tp

PLUS:afp