NOUVELLES

JO-2012 - Le "gouvernement" du CIO, du Hilton au village olympique

23/07/2012 01:13 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

Une partie de billard avec un archer canadien, un crochet par les dortoirs brésiliens, un brin de causette à des poloïstes australiens: Jacques Rogge, le président du CIO, et son +gouvernement+ ont interrompu lundi leur séjour au luxueux Hilton d'Hyde Park pour visiter le plus spartiate mais très coloré Village olympique.

Guidée par Charles Allen, le "maire" du Village, la commission exécutive du CIO a arpenté pendant près de trois heures, sous un soleil de plomb, les larges allées découpant ce qui deviendra après les Jeux la plus grande zone HLM de Grande-Bretagne.

Le décor est sobre mais l'ambiance déjà festive en l'honneur des invités de marque. Pourtant, à peine 10% des quelque 16.000 personnes -athlètes et officiels- attendues ont déjà pris leurs quartiers au Village.

Nawal El Moutawakel, première femme arabe, africaine, musulmane, sacrée championne olympique (400 m haies/1984), devenue un pilier du CIO, sort son smartphone pour immortaliser la petite chambre où seront logées deux volleyeuses brésiliennes. "Ca a bien changé!", souffle-t-elle à Denis Oswald, président de la fédération internationale d'aviron, qui a lui fréquenté son dernier village en tant qu'athlète en 1976.

Alexandre Popov, Hicham El Guerrouj, Frankie Fredericks et Claudia Bokel ont des souvenirs plus récents des séjours olympiques. D'ailleurs, ce sont d'anciens collègues ou rivaux encore en activité qui viennent saluer ces jeunes retraités devenus depuis membres du CIO.

Au bureau de vote installé à l'entrée du réfectoire et où se déroule le scrutin qui décidera du prochain élu à la commission des athlètes du CIO, Jacques Rogge s'attarde sur le profil de son compatriote, le pongiste belge Jean-Michel Saive, en lice pour le poste... et pour ses 7e Jeux.

Hommage aux 11 victimes israéliennes de Munich

----------------------------------------------

Les autres membres, gagnés par la faim, dévorent des yeux les stands de spécialités de toutes les régions du monde qui ponctuent le gigantesque réfectoire. L'un d'eux "pique" un oeuf dur, ni vu ni connu. Les autres, la curiosité aiguisée, foncent sur l'intrigant coin "cuisine britannique", aussi spacieux que celui de toutes les contrées asiatiques réunies.

Trois joueurs de water-polo australiens finissent tranquillement leur café quand la délégation leur tombe dessus. Jacques Rogge s'installe à leurs côtés pour leur demander leur opinion sur le Village, la nourriture, le temps, les transports...

Les superlatifs fusent! "Merveilleux, extraordinaire, fantastique". "Je pense que le Village est remarquable et que les athlètes y seront très heureux", lâche le président aux caméras des rares reporters autorisés à le suivre.

Sa visite s'achèvera sur une note plus sévère, avec un hommage impromptu au onze victimes israéliennes tuées il y a quarante ans dans le Village olympique des JO de Munich.

"A l'heure où je parle, des athlètes de tous les pays, de différentes cultures, traditions et langues, vivent ensemble en harmonie (au Village olympique). Les onze victimes de la tragédie de Munich croyaient en cette vision. Ils étaient venus à Munich dans cet esprit de paix et de solidarité", a rappelé Jacques Rogge.

cha/ol/heg

PLUS:afp