L'Irak acceptera finalement les réfugiés syriens

Publication: Mis à jour:
SYRIA CHILDREN
Getty Images

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a donné ordre lundi aux forces de sécurité d'autoriser l'entrée sur son sol de réfugiés syriens, revenant ainsi sur une décision contraire annoncée vendredi par le porte-parole du gouvernement, selon la télévision d'Etat irakienne.

"Le Premier ministre a ordonné aux forces irakiennes et à la police, ainsi qu'au Croissant Rouge irakien, de recevoir les réfugiés syriens et de les aider", a annoncé la chaîne de télévision publique Iraqiya sans donner plus de détails.

Vendredi, le porte-parole du gouvernement irakien avait au contraire annoncé que son pays n'était pas en mesure d'accueillir les réfugiés fuyant les violences en Syrie, sauf ceux étant de nationalité irakienne.

"Nous n'avons pas les moyens de venir en aide aux réfugiés en raison de la situation sécuritaire" en Irak, avait expliqué Ali Dabbagh sur Iraqiya.

Il avait notamment souligné que la zone frontalière se trouvant en plein désert, il était difficile d'y accueillir un important afflux de réfugiés.

Face aux intenses combats dont leur pays est le théâtre entre l'armée fidèle au président Bachar al-Assad et les insurgés, les Syriens ont fui par milliers vers les pays limitrophes.

Le ministère irakien des Transports a indiqué de son côté que plus de 2.000 Irakiens étaient rentrés de Syrie, par avion, ces derniers jours. Plusieurs "milliers" d'autres Irakiens ont regagné leur pays en véhicules à travers le poste-frontière d'al-Walid, au sud, selon les autorités irakiennes.

Sur le web

L'Irak accepte d'accueillir des réfugiés syriens

La Syrie agite la menace d'armes chimiques en cas d'«agression» étrangère

Turquie : la révolte des réfugiés fragilise Erdogan

Syrie: le régime contre-attaque à Damas

Syrie : la Turquie rappelle son consul à Alep

Le régime al-Assad vit ses dernières heures, croit l'opposition

Le régime déplace son arsenal chimique

Syrie: Paris veut renforcer l'aide de l'UE

Turquie: les esprits s'échauffent dans les camps de réfugiés syriens