NOUVELLES

Fusillade aux Etats-Unis: le suspect pour la première fois devant la justice

23/07/2012 12:15 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

James Holmes, l'Américain accusé d'avoir tué 12 personnes lors de la première de "Batman", a comparu pour la première fois devant la justice lundi, les cheveux teints en rouge et l'air triste et absent.

Trois jours après la fusillade au cinéma "Century 16" d'Aurora, dans la banlieue de Denver (ouest), l'homme de 24 ans est apparu pour la première fois en public, assis dans un box du tribunal de district du comté d'Arapahoe.

Vêtu d'une combinaison de prisonnier couleur bordeaux, il semblait perdu et triste, remuant doucement la tête de droite à gauche et de haut en bas, écarquillant parfois les yeux d'un air ébahi.

La justice lui a signifié formellement ses droits lors de l'audience, qui a duré une dizaine de minutes et au cours de laquelle il n'a pas prononcé un mot, avant une mise en accusation qui aura lieu le 30 juillet.

La procureure du Colorado, Carol Chambers, a déclaré peu après que les familles des victimes seraient consultées pour déterminer si l'accusation doit réclamer lors du procès la peine capitale. Une seule personne a été exécutée au Colorado depuis le rétablissement de la peine de mort aux Etats-Unis en 1976.

James Holmes est soupçonné d'avoir tué 12 personnes et d'en avoir blessé 58 vendredi dans une salle de cinéma bondée lors d'une première à minuit de "The Dark Knight rises", dernier volet de la trilogie Batman dont la sortie était attendue par des millions de fans.

Selon le Washington Post de lundi, qui cite une source proche de l'enquête, le bilan de la tuerie aurait pu être encore plus élevé si son fusil d'assaut ne s'était pas enrayé.

Le chef de la police de New York, Ray Kelly, qui n'a pas précisé ses sources, a de son côté affirmé que le jeune homme avait déclaré lors de son arrestation qu'il était le "Joker", le méchant de la série Batman, représenté avec les cheveux teints.

Selon la police, le tueur présumé semblait avoir préparé la fusillade depuis plusieurs mois. Le chef de la police d'Aurora, Dan Oates, a déclaré que M. Holmes, qui s'est procuré 6.000 balles et possédait légalement quatre armes à feu, avait reçu chez lui un grand nombre de colis ces quatre derniers mois.

L'ordinateur du suspect a également été retrouvé, après le déminage de son appartement, et M. Oates a émis dimanche l'espoir de voir son examen déboucher sur une meilleure compréhension du mobile de cet étudiant en neurologie de l'Université du Colorado, présenté comme un solitaire.

Un club de tir privé a par ailleurs fait savoir que James Holmes avait entamé, en vain, une procédure d'inscription quelques semaines avant la fusillade. Le propriétaire du club, Glenn Rotkovitch, a assuré lui avoir téléphoné le 25 juin, peu après avoir reçu son dossier d'inscription, et a dit avoir été accueilli par un message vocal "étrange et effrayant" sur son répondeur.

Selon des sources policières citées par la chaîne de télévision CNN et le quotidien Los Angeles Times, un masque de Batman et un poster figurent parmi les effets personnels découverts dans son appartement. Le logement, piégé par des matériaux explosifs et incendiaires, a été déminé samedi.

Dimanche, le président Barack Obama a fait le déplacement à Aurora. Sans évoquer directement la question de la réglementation des armes aux Etats-Unis, où la Constitution garantit le droit de s'armer, M. Obama a déclaré espérer que "dans les prochains jours, les prochaines semaines et les prochains mois, nous réfléchirons tous à ce que nous pouvons faire face à la violence insensée dont ce pays souffre".

str-bar/mdm

PLUS:afp