NOUVELLES

Des rebelles du Darfour affirment avoir pris une base militaire soudanaise

23/07/2012 12:29 EDT | Actualisé 22/09/2012 05:12 EDT

Un groupe rebelle du Darfour, une région de l'ouest du Soudan en guerre civile, a affirmé lundi avoir pris le contrôle d'une base militaire dans une région limitrophe en proie aussi à une rébellion contre Khartoum.

Le Mouvement pour la Justice et l'Egalité (JEM) a pris le contrôle de la base sise à la limite de l'Etat du Sud-Kordofan, près du gisement de pétrole d'Abou Jabar, a déclaré à l'AFP leur porte-parole, Gibril Adam Bilal, sans pouvoir dire s'il y avait eu des victimes.

"Il y a des combats entre nos troupes et les forces armées soudanaises dans une autre zone", près de la base, a-t-il dit.

Le porte-parole des Forces armées n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces informations.

Khartoum accuse les rebelles du JEM de s'être allié avec le Soudan du Sud qui, selon les autorités soudanaises, soutient des révoltes armées dans les Etats soudanais du Sud-Kordofan et du Nil Bleu. Le Soudan du Sud dément.

Depuis 2011, l'armée soudanaise tente d'asseoir son autorité sur les mouvements rebelles dans ces deux Etats situés le long de la nouvelle frontière avec le Soudan du Sud, qui a pris son indépendance de Khartoum en juillet 2011.

Au début du mois, le président de l'assemblée du Kordofan-Sud et sept autres personnes avaient été tués dans une embuscade qui n'a pas été revendiquée.

Une partie de la population du Sud-Kordofan et du Nil Bleu avait combattu au côté des Sudistes pendant la guerre civile Nord/Sud (1983-2005) ayant abouti à la partition du Soudan du Sud le 9 juillet 2011.

Plus de 200.000 habitants de ces régions se sont déjà réfugiés au Soudan du Sud et en Ethiopie, tandis que des milliers d'autres tentent de faire de même chaque jour et survivent en attendant dans des conditions précaires, a annoncé l'ONU fin juin.

Malgré un accord de Khartoum sur un plan d'aide humanitaire de l'ONU, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, les autorités soudanaises limitent fortement l'accès à ces régions, et il est difficile d'obtenir des informations de source indépendante.

str-it/sb/tp

PLUS:afp