NOUVELLES
22/07/2012 06:42 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

Les rebelles syriens occupent un deuxième poste-frontière avec la Turquie (diplomate turc)

Les rebelles syriens se sont emparés dimanche d'un deuxième poste-frontière syrien avec la Turquie, après avoir pris jeudi celui de Bab al-Hawa, a affirmé à l'AFP une source diplomatique turque.

Les rebelles occupent le poste d'Al-Salama, au nord d'Alep (nord), et face au poste-frontière turc d'Öncüpinar, dans la province de Kilis (sud), depuis 07H00 dimanche matin (04H00 GMT), a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat. Le diplomate n'était pas en mesure de donner davantage de détails.

Al-Salama est le deuxième poste-frontière avec la Turquie à tomber au mains des rebelles, après celui, jeudi, de Bab al-Hawa, à l'ouest d'Alep, face au poste turc de Cilvegözü, dans la province de Hatay (sud).

Une vidéo obtenue auprès de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) montre une dizaine d'hommes armés agitant le drapeau de la rébellion syrienne.

Un homme se présentant comme porte-parole de la Brigade Tempête du nord de l'Armée syrienne libre (ASL), bras armé de la contestation du régime, déclare: "Al-Salama a été libéré de la mafia Assad".

Les garde-frontières syriens "ont battu en retraite après avoir essuyé des pertes", ajoute l'homme en qualifiant la Turquie "de nation soeur".

Les hommes derrière lui brandissent leurs armes automatiques en criant "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand).

Les rebelles avaient déjà pris le contrôle jeudi du poste-frontière syrien avec la Turquie de Bab al-Hawa.

Mais samedi, un photographe de l'AFP a constaté qu'environ 150 combattants venus de divers pays musulmans et se revendiquant de mouvements islamistes armés tenaient désormais Bab al-Hawa.

Certains de ces militants ont affirmé provenir d'Algérie, d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, d'Egypte, de Tchétchénie et de Tunisie. Le groupe comprend également plusieurs Africains.

Des combattants ont indiqué appartenir à une "choura" talibane, et d'autres ont revendiqué une appartenance à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

La frontière turco-syrienne, longue de 877 kilomètres, compte sept postes-frontières en activité, trois points de passage ferroviaires et deux anciens postes désormais désaffectés.

nc/kat/cco

PLUS:afp