NOUVELLES
22/07/2012 05:00 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

Les Mexicains manifestent à nouveau contre le résultat de la présidentielle

MEXICO - Des milliers de personnes sont descendues dans le centre-ville de Mexico pour protester contre ce qu'elles qualifient d'«imposition» du candidat de l'ancien parti dirigeant du pays comme nouveau président.

Les manifestants transportaient des pancartes et scandaient des slogans avançant que le vainqueur présumé de la présidentielle, Enrique Pene Nieto, a remporté l'élection du 1er juillet grâce à de la fraude et à l'achat de votes. Il était le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Son rival de gauche Andres Manuel Lopez Obrador a terminé à plus de six points de pourcentage derrière.

Des opposants affirment également que le PRI l'a emporté en payant les principaux médias comme Televisa pour obtenir une couverture favorable.

«Mexico n'a pas voté pour la fraude. Mexico veut un pays qui est honnête et démocratique», a déclaré Marlem Munoz, un manifestant de 26 ans. «Ce qui est arrivé aux élections est une moquerie intégrale du peuple mexicain.»

Le PRI a nié avec véhémence les accusations, et a accusé vendredi M. Lopez Obrador de tenter de «disqualifier le processus électoral dans son ensemble avec des mensonges». Televisa a également nié les allégations à l'effet qu'elle avait été payée pour diffuser une couverture positive.

Les autorités n'ont pas publié d'estimation du nombre de participants, mais la manifestation semble avoir attiré moins de gens que d'autres événements similaires ayant rassemblé jusqu'à 90 000 marcheurs. Ces manifestations ont regroupé des gens provenant d'un nouveau mouvement étudiant, «Je suis 132» et de groupes de gauche appuyant M. Lopez Obrador.

Le faible taux de participation soulève des questions à savoir si les étudiants universitaires du Mexique ont donné naissance à un véritable mouvement demandant une «démocratie authentique» et une ouverture des médias nationaux, ou s'il s'agit simplement des manifestations post-électorales habituelles au Mexique.

En 2006, après que M. Lopez Obrador ait perdu par une faible marge contre le président Felipe Calderon, il a amené des centaines de milliers de manifestants à bloquer le centre-ville de la capitale pendant des semaines. Le candidat de gauche a toutefois indiqué qu'il n'appellerait pas à un blocage des rues cette fois. Son engorgement de Mexico en 2006 fut particulièrement impopulaire auprès des résidants.

«Je suis 132» a diffusé une liste de divers événements proposés au cours des prochaines semaines, y compris la marche de dimanche, pour faire renverser les résultats de l'élection.

D'autres groupes ont fait part de leur intention de bloquer la cérémonie d'investiture de M. Pena Nieto, prévue pour le 1er décembre.

Le résultat final de la présidentielle doit être validé en septembre par le Tribunal électoral fédéral. Le parti actuellement au pouvoir — le Parti d'action national, arrivé troisième — s'est joint cette semaine au Parti révolutionnaire démocratique de M. Lopez Obrador pour demander aux autorités électorales d'enquêter sur l'usage allégué de cartes de débit prépayées par la campagne de M. Pena Nieto pour débourser un total de 108 millions de pesos (8,2 millions $).

Le PRI a répliqué en affirmant qu'il n'existait aucune preuve de ces allégations.

PLUS:pc