NOUVELLES
22/07/2012 01:43 EDT | Actualisé 21/09/2012 05:12 EDT

GP d'Allemagne: déclarations

Sebastian Vettel (GER/Red Bull), 2e puis 5e (à la suite d'une pénalité de 20 secondes): "Je ne savais pas si Jenson (Button) était à l'intérieur ou non (quand Vettel l'a dépassé au 66e tour, ndlr). Je ne voulais surtout pas le toucher, on était l'un à côté de l'autre, j'ai essayé de lui donner un peu de place mais c'est difficile à voir (sur les images de la télévision). Je suis sorti large, on se battait tous avec nos pneus, Jenson en particulier, et c'est pour ça que j'ai réussi à le dépasser. Globalement, le rythme était là mais c'était extrêmement difficile. Quand j'étais derrière Fernando (Alonso) et Jenson, j'ai perdu beaucoup de temps et j'ai eu du mal à rester tout près. Je ne suis pas vraiment content, parce que je pense qu'on aurait été meilleurs si je n'avais pas été coincé derrière quelqu'un d'autre pendant presque toute la course. Je ne sais pas pourquoi Lewis (Hamilton) a fait la course avec nous, alors qu'il avait un tour de retard. C'était stupide de sa part. Si on veut aller vite mais qu'on n'a aucune chance de gagner, il faut l'accepter et faire preuve de bon sens. Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'attaque parce que je ne voyais pas l'intérêt, et j'ai été surpris quand on s'est retrouvé l'un à côté de l'autre. Je pense que ça m'a fait perdre une place sur Jenson parce que juste après ça, on a fait notre dernier arrêt au stand".

Jenson Button (GBR/McLaren), 3e puis 2e (suite pénalité Vettel): "Je ne veux faire aucun commentaire pour le moment sur le dépassement (de Vettel) au virage 6, je pense que les images de la télévision parlent d'elles-même. Je préfère parler de la course, j'ai fait une bonne course et ça fait du bien de pouvoir à nouveau se bagarrer devant, car ça faisait longtemps que je n'avais pas pu le faire. Je ne pouvais pas vraiment aller chercher Fernando (Alonso) pendant le dernier relais. Quand on est au milieu d'un groupe de trois, il faut vraiment attaquer parce qu'il faut aussi se méfier du gars qui est derrière. C'était une situation délicate mais on pensait que c'était mieux d'être agressif, et c'est ce qu'on a fait. A un moment, j'étais tout près de Fernando, mais il sait exactement, comme nous tous, comment utiliser son KERS (système de récupération d'énergie au freinage, ndlr) pour garder un autre pilote derrière lui, et pas seulement dans la zone de DRS (où l'aileron arrière peut être ajusté par le poursuivant, pour tenter de dépasser, ndlr), mais dans plusieurs portions du circuit. J'étais un peu juste en bout de ligne droite. Je suis un peu déçu à cause de ça, mais c'était quand même une course amusante et ça fait plaisir de remonter sur le podium et de prendre de bons points. Cette course me redonne beaucoup de confiance pour la suite et je dois remercier les gars qui ont apporté de bonnes améliorations ici. On est de nouveau tout près des meilleurs et le deuxième arrêt au stand a été phénoménalement rapide, c'est ce qui nous a permis de nous battre pour la victoire".

Kimi Räikkönen (FIN/Lotus), 4e puis 3e (suite pénalité Vettel): "J'ai fait le maximum aujourd'hui depuis ma position de départ (10e). J'ai pris un bon départ mais je pense que Lewis (Hamilton, parti devant lui) a eu un problème et j'ai dû ralentir pour éviter de lui rentrer dedans. Ca a permis à Paul (Di Resta) de nous dépasser et, à partir de là, il y avait une montagne à grimper parce que c'était difficile de rattraper ce retard. Peut-être que si on avait été un peu plus performants hier sur le mouillé, j'aurais pu partir de moins loin et attaquer les leaders, mais c'est comme ça. Bien sûr, on espérait un meilleur résultat ici, mais la voiture a bien fonctionné pendant toute la course et on rapporte de bons points à l'équipe, donc il y a des aspects positifs pour la prochaine course".

dlo/es

PLUS:afp