NOUVELLES
21/07/2012 11:40 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

Fusillade au Colorado: James Holmes, un tireur solitaire et méthodique

James Holmes, tireur présumé de la fusillade au Colorado, est un doctorant de 24 ans à la bouille ronde, réputé bon élève et sans histoire, qui a méthodiquement préparé l'assaut du cinéma d'Aurora tout en truffant son appartement d'explosifs ces derniers mois.

Le jeune homme originaire de San Diego en Californie allait quitter l'Université du Colorado (ouest des Etats-Unis), où il était inscrit en neurosciences depuis juin 2011, lorsqu'il a commis dans la nuit de jeudi à vendredi ce que les médias américains qualifient "d'affligeante atrocité": il a ouvert le feu dans une salle de cinéma bondée d'Aurora, dans la banlieue de Denver, en pleine première à minuit du nouveau film "Batman", attirant de très nombreux fans en majorité adolescents.

Il a tué 12 personnes et en a blessé 58 autres.

Sur une photo transmise par son université, le jeune homme à la bouille ronde, les cheveux noirs légèrement décoiffés, affiche un sourire satisfait.

Un autre cliché, datant de son lycée de San Diego, Westview, d'où il est sorti en 2006, le montre tout sourire.

"Il avait l'air d'un garçon bien", raconte Melvin Evans, 33 ans, gardien d'un immeuble voisin du sien. "Je vais au bar tous les dimanches pour le karaoké et je le voyais de temps en temps. Nous discutions parfois de la pluie et du beau temps".

D'après le FBI, c'est un homme blanc de 1,90 mètre, né le 13 décembre 1987, sans mention à son casier judiciaire et sans lien avec le terrorisme. Son seul méfait commis et connu jusqu'ici: un excès de vitesse en octobre 2011.

Lorsqu'il candidate pour louer son logement l'an dernier, James Holmes se décrit comme un étudiant "discret et facile à vivre", révèle le journal local Denver Post.

Mais derrière une apparente vie quotidienne sans histoire, le jeune homme paraît solitaire et replié sur lui.

"Personne ne le connaissait. Personne!", affirme Ben, étudiant en pharmacie vivant dans le même immeuble réservé aux élèves, professeurs et personnels de la faculté de médecine. James Holmes ne disait jamais bonjour et faisait semblant de ne voir personne quand il croisait quelqu'un dans le couloir, confie encore l'étudiant.

Ben raconte aussi avoir appelé la police peu après minuit dans la nuit de jeudi à vendredi --pratiquement à l'heure de la tuerie-- pour signaler une musique assourdissante provenant de l'appartement de M. Holmes. Ben n'a pas reconnu la chanson, mais suppose qu'elle tournait en boucle.

"Il portait toujours un pantalon et une casquette de camouflage", se rappelle aussi Gabriel Macias, employé d'une usine des environs. "Nous ne le connaissions pas bien car il ne parlait à personne. Il était toujours cloîtré derrière sa porte".

Mashable.com, un site consacré aux réseaux sociaux, le décrit de son côté comme un "fantôme du net" sans présence apparente sur Facebook ou Twitter.

Surtout, James Holmes a apparemment méthodiquement préparé son crime et lontemps à l'avance, se procurant au cours des deux derniers mois quelque 6.000 balles et cartouches sur internet, selon la police d'Aurora.

Tous les munitions et les quatre armes achetées dans des armureries locales ont été acquises légalement, a indiqué le chef de la police d'Aurora, Dan Oates. Parmi ces munitions, 3.000 étaient des balles de fusil d'assaut, 3.000 des balles de pistolet Glock et 300 des cartouches de fusil à pompe.

Dans un communiqué, la famille Holmes a dit "essayer de se faire à l'idée" de ce qu'a commis le tireur d'Aurora. Elle a assuré qu'elle coopérait avec les enquêteurs.

lm-rom/sam/nr

PLUS:afp