NOUVELLES

ATH: Jessica Zelinka est une meilleure athlète depuis qu'elle est devenue maman

21/07/2012 11:01 EDT | Actualisé 20/09/2012 05:12 EDT

CALGARY - Les Gramantik aime bien plaisanter en racontant comment il a commencé à boire le jour où Jessica Zelinka l'a appelé pour lui annoncer qu'elle allait donner naissance à un enfant.

«Je suis presque tombé de ma chaise, a rigolé Gramantik, qui peut en rire aujourd'hui.

Zelinka venait tout juste de terminer au cinquième rang aux Jeux de Pékin et elle et Gramantik parlaient déjà de médailles en vue de ceux de Londres, lorsque l'athlète de London en Ontario est tombée enceinte.

Et même s'il avait peut-être des doutes à l'époque, avec du recul Gramantik est maintenant d'avis que la grossesse de Zelinka était une excellente nouvelle. Elle s'amène présentement au Jeux olympiques en meilleure forme que jamais, en plus d'être l'un des meilleurs espoirs de médailles pour le Canada en athlétisme.

«Si ç'avait été une décision scientifique basée sur ce qui allait arriver, on peut conclure que c'était le moment idéal pour qu'elle tombe enceinte, a évoqué Gramantik. Ça pourrait vraiment s'avérer parfait.»

Zelinka a été la vedette des essais olympiques du mois dernier à Calgary, brisant son record canadien pour remporter le 100 mètres haies. Sa performance a confondu les sceptiques qui se demandaient si elle allait pouvoir rebondir après avoir eu un enfant, et réussir à avoir à nouveau du succès dans l'une des compétitions les plus ardues en athlétisme.

Âgée de 30 ans, Zelinka a mentionné que son nouveau rôle de mère a apporté un certain équilibre dans sa vie, qui a par le fait même fait d'elle une meilleure athlète.

«Avant de devenir mère, il arrive souvent qu'une femme ne parle que d'elle-même, et ne pense qu'à elle-même. Mais maintenant, je ne parle plus autant. Je donne à ma fille toute mon attention et je me sens bien quand je le fais, a-t-elle déclaré. Elle n'est encore qu'une petite fille et je peux tellement en faire pour elle, et je suis son modèle.

«J'aime beaucoup ce rôle et je trouve qu'il me ressemble beaucoup, que ça me vient naturellement. J'aime vraiment l'équilibre qu'il m'apporte.»

Zelinka a brisé son record lors de l'heptathlon de sept épreuves à Calgary, réussissant un score de 6599 aux haies, au 200 et au 800 mètres.

«Ce score, ce record canadien, elle va le fracasser à nouveau, a assuré son mari Nathaniel Miller, qui a joué pour l'équipe canadienne de water-polo lors des Jeux de Pékin. Elle est une athlète incroyable et elle n'a même pas encore atteint l'apogée de ce qu'elle peut accomplir.»

Selon Gramantik, il n'existe aucune preuve scientifique que les athlètes féminines deviennent encore meilleures après avoir donné naissance à leurs enfantes, mais ça s'est définitivement déjà vu dans le passé.

L'étoile du tennis Kim Clijsters a gagné les Internationaux des États-Unis en 2009 après avoir eu sa fille. Paula Radcliffe, probablement l'une des coureuses les plus talentueuses de l'histoire du sport, a eu un bébé en 2007 et a souligné son retour à la compétition en remportant le marathon de New York.

Physiquement, Zelinka — dont la musculature est aussi remarquable que celle de n'importe quel autre athlète — est en excellente forme, a dit Gramantik.

«Je mets quiconque au défi d'avoir l'air aussi en forme qu'elle sinon plus», a-t-il ajouté.

Mais il y a aussi quelques impondérables qui, toujours selon l'entraîneur, prouvent que Zelinka est une meilleure athlète depuis qu'elle est devenue maman.

«Sa capacité à maintenir un effort est meilleure, sa capacité à rester concentrée et à relever les défis est meilleure, a précisé Gramantik. Et plus forte. Tout simplement plus forte.»

Miller se dit «extrêmement fier» de la façon dont Zelinka a réussi à combiner son rôle de mère à celui d'athlète exceptionnelle.

«Je vois tous les sacrifices qu'elle doit faire pour livrer ce genre de performances, avait-il dit après que Zelinka eut brisé son propre record à Calgary. Je ne veux pas parler pour toutes les mères, mais quand tu observes l'évolution d'une adulte qui devient une mère, tu vois que ses priorités changent. Mais elle a su dès le début qu'elle voulait tout de même poursuivre sa carrière d'athlète et qu'elle voulait continuer à découvrir à quel point elle pouvait devenir meilleure.

«Mais quand tu deviens mère, ta fille et ta famille deviennent ce qu'il y a de plus important, alors l'entraînement et le voyagement deviennent très difficiles à gérer. Mais elle a très bien réussi à distinguer ses deux réalités, donc quand elle revient à la maison elle se concentre sur son rôle de mère, et quand elle est au travail elle se concentre sur son travail.»

Zelinka sera l'une des athlètes les plus occupées à Londres. Deux jours après avoir terminé son heptathlon, elle retournera sur la piste pour le 100 mètres haies en compagnie de ses coéquipières canadiennes Phylicia George et Nikkita Holder.

La médaillée de bronze aux Olympiques Priscilla Lopes-Schliep, qui était considérée comme l'un des meilleurs espoirs canadiens de médaille pour les Jeux de Londres, ainsi que l'ancienne championne du monde Perdita Felicien, ont toutes les deux échoué dans leur tentative de se qualifier à la suite d'une finale dramatique aux haies, lors des essais olympiques.

PLUS:pc