NOUVELLES
20/07/2012 06:42 EDT | Actualisé 19/09/2012 05:12 EDT

Un attaque contre un camp de réfugiés en Côte d'Ivoire fait sept morts

ABIDJAN, Côte d’Ivoire - Une foule en colère d'environ 300 personnes a attaqué un camp de réfugiés gardé par l'ONU en Côte d'Ivoire, tuant au moins sept réfugiés et pillant le camp avant d'y mettre le feu, ont annoncé des responsables vendredi.

Environ 90 pour cent du camp Nahibly, qui abritait environ 4500 personnes, a été réduit en cendres, a déclaré la représentante du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés en Côte d'Ivoire, Ann Encontre. Le camp Nahibly est situé près de la ville de Duékoué, dans l'ouest du pays.

La plupart des résidants du camp se sont enfuis dans la forêt pour échapper aux assaillants, a précisé Mme Encontre. Un certain nombre de réfugiés ont été blessés, mais les chiffres exacts ne sont pas disponibles pour l'instant, a-t-elle indiqué.

L'un des résidants du camp a été tué par un coup de machette, tandis que trois autres auraient succombé à des blessures par balle. Une cinquième victime est morte dans l'incendie, a ajouté Mme Encontre.

Le père Cyprien Ahouré, coordonnateur des activités humanitaires à la mission catholique du Duékoué, a déclaré que neuf décès avaient été confirmés dans le camp de réfugiés. Selon lui, le bilan pourrait être plus élevé.

Le père Ahouré a précisé qu'une centaine de personnes avaient trouvé refuge dans la mission catholique, mais que d'autres avaient été empêchés d'entrer par des personnes impliquées dans l'attaque.

Selon les autorités ivoiriennes, l'attaque serait un acte de représailles après l'assassinat de quatre résidants de Duékoué jeudi soir. Des résidants de la ville ont attribué les meurtres à des résidants du camp.

Le camp Nahibly abrite des personnes déplacées par les violences qui ont éclaté en Côte d'Ivoire après l'élection présidentielle contestée de novembre 2010.

PLUS:pc