NOUVELLES
20/07/2012 11:19 EDT | Actualisé 19/09/2012 05:12 EDT

Des consultations UA/Dakar pour juger Hissène Habré ont débuté vendredi

L'Union africaine (UA) et le Sénégal ont entamé vendredi des consultations dans le but de juger l'ex-président tchadien Hissène Habré, a affirmé le représentant sénégalais auprès de la Cour internationale de Justice, qui a ordonné à Dakar de poursuivre ou extrader M. Habré.

"Les consultations entre l'Union africaine et le Sénégal en vue de mettre en place le plus vite possible un dispositif pour juger Hissène Habré ont débuté aujourd'hui-même", a déclaré à des journalistes Cheikh Tidiane Thiam, agent du Sénégal auprès de la CIJ.

"La CIJ rejoint le Sénégal dans ce qu'il n'a jamais contesté, à savoir sa volonté de poursuivre M. Habré", a également déclaré M. Tidiane Thiam, directeur général des affaires juridiques et consulaires au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur.

La Cour, saisie par la Belgique en février 2009, a ordonné vendredi à Dakar de poursuivre "sans aucun autre délai" l'ancien président tchadien Hissène Habré, accusé de génocide commis par son régime (1982-1990) ou de l'extrader.

Le Sénégal ne doit cependant poursuivre Hissène Habré que pour les crimes présumés commis après l'entrée en vigueur et la ratification par le Sénégal de la Convention sur la torture, le 26 juin 1987, a estimé la CIJ.

"On s'attend à la création, peut-être même dès la semaine prochaine, d'un tribunal spécial", a pour sa part déclaré à l'AFP Leslie Haskell, avocate pour l'ONG Human Rights Watch, qui a salué l'arrêt de la CIJ comme une "grande victoire pour les victimes".

Dakar avait accepté en 2006 de juger M. Habré à la demande de l'Union africaine (UA) mais n'a jamais organisé de procès. Mais le nouveau président sénégalais Macky Sall, qui a pris ses fonctions le 2 avril, a pour sa part récemment assuré que Hissène Habré serait jugé au Sénégal.

ndy/mlm/hba

PLUS:afp