NOUVELLES
19/07/2012 07:12 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

WikiLeaks: important revers pour la défense de Bradley Manning

La défense de Bradley Manning, informateur présumé du site WikiLeaks, a essuyé un revers important jeudi avec la décision d'un juge militaire de lui interdire de présenter des éléments destinés à montrer que ses actions n'ont pas porté de grave préjudice aux Etats-Unis.

La juge Denise Lind a considéré que les conséquences de la fuite de documents secrets sont sans rapport avec la question de savoir si le soldat a commis un crime en les divulguant.

"L'accusé ne pouvait pas savoir" ce qui s'est ensuite passé, c'est donc sans incidence sur son innocence ou sa culpabilité, a statué la juge lors d'une nouvelle audience préliminaire au procès du jeune soldat de 24 ans sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est) jeudi.

Elle a dit craindre la confusion parmi les jurés si un débat sur les potentiels préjudices causés par les fuites devait se dérouler au procès.

L'avocat de Bradley Manning, David Coombs, avait estimé mercredi qu'interdire la production de ces éléments au procès conduirait la défense à avoir les "mains liées".

Bradley Manning est accusé d'avoir transmis à WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan et 260.000 dépêches du département d'Etat.

L'organisation créée par Julian Assange les avait ensuite mis en ligne, déclenchant une tempête dans la diplomatie mondiale.

Manning pourrait passer le reste de sa vie en prison s'il est reconnu coupable de "collusion avec l'ennemi".

Le procès devant une cour martiale doit débuter avant la fin de l'année mais pourrait être repoussé à février, a prévenu la juge Lind.

ddl/mra/sam

PLUS:afp