TORONTO - Ni les premiers ministres des provinces, ni le gouvernement fédéral ne peuvent envisager créer une nouvelle politique nationale de l'énergie sans inclure les Premières Nations à titre de partenaires égaux, a déclaré le chef fraîchement réélu de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, jeudi.

Ce dernier doit se rendre à Halifax la semaine prochaine pour rencontrer les premiers ministres provinciaux, sa première incursion importante au Conseil de la fédération depuis sa réélection pour un autre mandat de trois ans, au terme d'une campagne chargée de critiques concernant son approche coopérative avec les politiciens.

À la suite de pressions répétées de la part des chefs autochtones l'incitant à négocier un partage des richesses engendrées par les ressources naturelles, Shawn Atleo se rend à Halifax avec un mandat clair, soit d'exiger une place à la table du Conseil de la fédération.

Tous les gouvernements devront tenir compte des Premières Nations en tant que partenaires à part entière, a souligné Shawn Atleo au lendemain de sa victoire au troisième tour de scrutin en ajoutant que toutes ces ressources naturelles que le gouvernement voulait exploiter concernaient les autochtones. Il est temps pour eux de participer aux décisions.

Les représentants des Premières Nations doivent participer aux discussions portant sur une stratégie nationale de l'énergie pilotée par l'Alberta et qui vise à former une approche commune de développement, de mise en marché et de maintien des ressources énergétiques.

Les premiers ministres de l'Ouest appuient la position mise de l'avant par Alison Redford de l'Alberta qui était à Toronto plus tôt cette semaine pour présenter son plan à son homologue ontarien Dalton McGuinty.

Le soutien de l'Ontario n'est pas garanti. La province s'était retirée du plan albertain l'an passé en raison de la persistance de l'Ouest à maintenir que les sables bitumineux représentaient de l'énergie renouvelable.

Toutefois, jeudi, le premier ministre ontarien a convenu qu'il y avait une entente possible.

Un comité du Sénat a déposé jeudi un plan pour une approche nationale de l'énergie en le qualifiant de prioritaire pour le Canada s'il veut demeurer concurrentiel.

Le rapport a fait état des frustrations des Premières Nations tout comme celui du monde des affaires, mais les sénateurs ne se sont pas attardés sur cet aspect.