NOUVELLES
19/07/2012 03:42 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

Explosifs à Barrie: les résidants évacués peuvent rentrer chez eux

BARRIE, Ont. - La police a terminé, jeudi après-midi, ses recherches dans une maison remplie d'explosifs, de produits chimiques et d'armes à Barrie, en Ontario, et a indiqué que le secteur était maintenant sécuritaire pour les 60 résidants qui avaient dû quitter leur demeure.

Au terme d'une semaine de recherches, l'équipe spéciale d'enquêteurs a fait savoir qu'elle avait trouvé des produits chimiques non identifiés et 83 engins explosifs artisanaux tels que des bombes tuyaux. Elle a également mis la main sur 29 armes à feu, dont des mitraillettes, et des milliers de munitions.

Un abri antinucléaire était divisé en deux pièces et rempli de vivres, d'eau et de vêtements, a indiqué l'agente Angela Butler, de la police de Barrie. Il était aussi équipé d'une toilette, d'un système de ventilation et d'appareils radios émetteur-récepteur.

La municipalité de Barrie avait approuvé en 1984 l'octroi d'un permis au propriétaire de la demeure pour la construction d'un abri antinucléaire, que les clichés des policiers montrent remplis de boîtes et de contenants de liquides.

La police avait investi jeudi dernier cette demeure partagée par un père et son fils accusés relativement à un meurtre commis en 1978.

Donald Feldhoff, âgé de 54 ans, a été accusé de meurtre prémédité après s'être rendu à la police, la semaine dernière. Son père, William, âgé de 75 ans, a quant à lui été inculpé de complicité après le fait.

Les deux hommes ont été accusés relativement à la mort de Michael Traynor, restée irrésolue jusqu'ici. La dépouille de la victime, qui était alors âgée de 26 ans, avait été retrouvée dans une zone boisée en octobre 1978.

PLUS:pc