Québec: un jeune homme qui porte le carré rouge se fait intimider au restaurant Ashton

Publication: Mis à jour:

Jacob Villeneuve, 19 ans, porte le carré rouge tous les jours. Il a participé à quelques manifestations à Montréal et à Québec, mais ne se considère pas «radical». Ses convictions lui ont toutefois causé des ennuis dans la nuit du 8 au 9 juillet, après le spectacle de Jean Leloup au Festival d'été de Québec, alors qu'une envie de poutine le dirigeait vers le restaurant Ashton, sur Grande-Allée.

Dans les environs de minuit, accompagné de sa copine et son ami, Jacob rêve de sauce brune et de fromage en grains, lorsqu'un colosse le tire de sa rêverie. «L'homme a pointé son doigt vers mon carré rouge et a commencé à crier "Ah ben calice, un carré rouge au Ashton!"», se remémore-t-il. Du haut de ses six pieds, l'imposant homme d'une trentaine d'années le martèle de commentaires homophobes et le traite de «bébé gâté». «Ça chiale pour 300 piastres, mais ça se paie du Ashton!»

Alors qu'il se lève de sa chaise, Jacob croit qu'il s'apprête à partir. Mais l'homme se poste devant lui et continue de lui crier des injures. Il exige que Jacob enlève son carré rouge.

«J'étais stressé. J'arrêtais pas de lui crier en lui demandant ce qu'il allait me faire.» Sa copine le supplie de l'ignorer; ce qu'il fait ne sert à rien. Mais le colosse veut se battre à l'extérieur du restaurant. L'ami avec qui il mangeait, se tient à l'écart, la tête basse. Même chose pour la vingtaine de clients dans le restaurant qui se contentent de chuchoter tout en observant la scène.

«Moé, je paie des impôts pour que toé, hostie de fifon, tu puisses aller marcher dans les rues! Là, tu vas m'enlever ton crisse de carré rouge. Crisse de fif, 300 piastres c'est trop, mais du Ashton, c'est correct!»

Alors qu'il insiste pour aller lui «casser la gueule», la caissière du restaurant le somme de partir. Il dérange les clients. L'homme part, en faisant signe à Jacob de le rejoindre dehors.

«Quand il est parti, je bouillonnais. Je ne sentais plus mes jambes», relate-t-il. Sa copine, elle, fond en larmes. Pendant les deux jours qui suivent, Jacob est nerveux, constamment sur les nerfs.

Mais surtout, il est peiné de constater qu'il aurait pu facilement se faire malmener, sans que les autres clients interviennent. «Heureusement que la caissière lui a dit de lâcher les clients. Un peu plus, et il aurait fallu appeler la police.»

Un cas parmi d'autres

Son histoire a été partagée plus de 1150 fois sur Facebook en date du 19 juillet. S'il a voulu raconter l'intimidation vécue cette nuit-là pour dénoncer la situation, il a aussi reçu des dizaines de témoignages semblables au sien. «Des gens portant le carré rouge se font crier des noms, cracher dessus, leurs carrés rouges sont arrachés, puis piétinés.»

Des situations, selon lui, qui seraient rapportées dans tous les médias si elles avaient impliqué des carrés verts. «On nous dit que le carré rouge symbolise la violence, sans prendre en compte que ceux qui le portent en subissent aussi. Mais ça passe sous silence. Il y a beaucoup plus de cas d'intimidation qu'on le pense.»

Arrêtera-t-il de porter le symbole de la grève étudiante après cet épisode? «Non. Au contraire, ça démontre qu'il existe encore un malaise entre les grévistes et les citoyens. Ça me donne encore plus le goût de m'impliquer.»

Mouvements contre l'intimidation

Une manifestation pacifique en soutien à Jacob Villeneuve se tiendra vendredi, le 20 juillet, en soirée.

Lorsque contactée, la responsable des restaurants Ashton Julie Boyer n'avait pas été avisée de l'évènement dans la succursale sur la rue Grande-Allée et encore moins du rassemblement qui aura lieu. «Cette situation d'intimidation est hors de notre contrôle», a-t-elle indiqué, en ajoutant qu'elle s'inquiète de la manifestation qui aura lieu.

Une lecture de témoignages d'intimidation organisée par la CLASSE aura lieu le 13 août, à Montréal. Jacob y racontera son histoire aussi disponible ici.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Arrestations à Québec
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction