NOUVELLES

Attentat à Damas: "coup dur" au régime Assad et à l'axe Iran-Hezbollah (Barak)

19/07/2012 07:33 EDT | Actualisé 18/09/2012 05:12 EDT

L'attentat mercredi à Damas qui a coûté la vie à plusieurs hauts dirigeants syriens est un "dur coup" porté au régime ainsi qu'à "l'axe radical" Iran-Hezbollah, a estimé jeudi le ministre israélien de la Défense Ehud Barak.

"Ce qui s'est passé là-bas va accélérer la chute du régime de la famille Assad. Il s'agit d'un coup très dur pour lui, ainsi que pour l'axe radical, les Iraniens et le Hezbollah" chiite libanais, a déclaré M. Barak lors d'une tournée sur le plateau syrien du Golan occupé, selon un communiqué de son bureau.

"Les rebelles, bien que mal entraînés, sont de plus en plus déterminés et prennent le contrôle de secteurs de plus en plus vastes du territoire syrien (...) y compris à Damas et dans ses environs", a-t-il ajouté.

"Le contrôle de la famille Assad s'effrite. Sa chute est nettement perceptible, et personne ne peut savoir ce qu'il adviendra d'elle, car toutes sortes d'éléments opèrent là-bas", a-t-il ajouté.

M. Barak a aussi estimé "possible qu'après la chute d'Assad, le Hezbollah tente de s'emparer d'armes sophistiquées en Syrie pour les transférer au Liban, notamment des missiles sol-sol lourds, ou des armes chimiques".

Le ministre a par ailleurs estimé que le Golan "pourrait servir de base à des éléments terroristes".

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie.

Malgré l'occupation et l'annexion par Israël d'une partie du Golan syrien, qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, les deux pays n'y ont pas connu d'affrontement notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

ChW/sst/sw

PLUS:afp