NOUVELLES

Washington craint que le conflit ne déborde sur les voisins de la Syrie

18/07/2012 11:24 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le conseiller à la sécurité nationale du vice-président américain a évoqué la crise syrienne mercredi avec le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et exprimé sa crainte que le conflit ne prenne un tour religieux et "contamine les voisins" de la Syrie.

"Plus le statu quo se prolonge, plus il est vraisemblable que des événements indésirables se produisent", a dit Tony Blinken à des journalistes à l'ambassade américaine à Bagdad, à l'issue d'entretiens avec M. Maliki, le président du Parlement Oussama al-Noujaifi et d'autres élus irakiens.

"Je parle, par exemple, du risque que ce qui se produit en Syrie se transforme en un véritable conflit religieux et contamine des pays voisins, dont l'Irak. Cela n'est dans l'intérêt de personne. Et plus cela dure, plus il est vraisemblable que cela se produise", a souligné M. Blinken.

"J'ai évoqué le besoin urgent de promouvoir une transition politique en Syrie, c'est la meilleure issue" au conflit qui secoue le pays depuis 16 mois et qui a fait plus de 17.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'Irak partage une frontière longue de 600 km avec la Syrie. Il y a deux semaines, le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a dit disposer d'informations selon lesquelles des combattants d'Al-Qaïda en provenance d'Irak passaient la frontière "pour perpétrer des attentats" en Syrie.

M. Blinken s'est refusé à commenter l'attentat qui, plus tôt mercredi, a coûté la vie à trois hauts responsables syriens, dont le beau-frère du président Bachar al-Assad et le ministre de la Défense.

L'attentat, le premier ayant visé des ministres depuis le début de la révolte en mars 2011, a été revendiqué par l'Armée syrienne libre (ASL, composée en majorité de déserteurs) qui avait annoncé la veille "la bataille pour la libération de Damas".

psr/gde/sbh

PLUS:afp