NOUVELLES

Tour de France - La saison pourrie des frères Schleck

18/07/2012 08:19 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le départ de Frank Schleck en pleine nuit, après un contrôle antidopage positif, couronne une saison pourrie pour le Luxembourgeois et son frère cadet Andy qui ont accumulé toutes sortes d'ennuis jusqu'à présent en 2012.

Hormis l'éclaircie d'un tardif maillot jaune symboliquement remis à Andy Schleck, fin mai, pour son succès sur le tapis vert en 2010 (après le déclassement d'Alberto Contador), tout est allé de mal en pis pour les deux frères qui avaient pris place l'an passé sur le podium des Champs-Elysées (Andy 2e, Frank 3e).

PROBLEMES DE SANTE. Une chute au Giro a précipité l'abandon de Frank (32 ans) qui a expliqué souffrir d'une épaule, à une semaine de l'arrivée du Tour d'Italie. Rien de grave, toutefois, par rapport aux malheurs de son cadet (27 ans).

Une gastro-entérite en mars dans Paris-Nice, une douleur à un genou en mai, enfin une chute pendant le Dauphiné en juin. Un vent mauvais a soufflé pour le Luxembourgeois qui a été privé du Tour (fracture au sacrum). "La plus grosse déception de ma carrière", a-t-il réagi sur le coup. "J'aurais préféré terminer dernier de ce Tour plutôt que de ne pas y participer".

Le cadet des Schleck a déclaré également forfait pour les JO de Londres. Pour l'heure, il est en phase de convalescence. Mais il ignore la date de sa reprise. "Mon rétablissement n'a pas été aussi rapide que je l'espérais", a-t-il reconnu le 12 juillet. "Andy a toujours mal. L'IRM a montré des signes clairs d'une bonne cicatrisation mais la fracture n'est pas encore complètement guérie", a confirmé le responsable médical de son équipe, le Dr Andreas Gösele.

CONFLIT INTERNE. L'arrivée de Johan Bruyneel, à l'automne dernier, a modifié la donne au sein de la formation Leopard devenue désormais RadioShack. Ce changement voulu par Flavio Becca, l'homme d'affaires luxembourgeois à l'origine de la création de l'équipe en 2011, a eu pour conséquence d'affaiblir la position des deux frères, de Frank surtout, et de leur ami et directeur sportif Kim Andersen.

Décidé à tout miser sur le cadet pour le Tour, Bruyneel a inscrit le Giro au programme de l'aîné, après la blessure du leader prévu (Fuglsang). Frank Schleck a obtempéré, à contre-coeur. Le conflit à peine larvé -Bruyneel a douté ouvertement de la gravité de la blessure de son coureur au Tour d'Italie- s'est doublé des problèmes qui affectent l'équipe et son responsable.

Bruyneel, accusé par l'agence antidopage américaine (Usada) pour l'époque où il dirigeait l'équipe de Lance Armstrong, s'est mis en retrait du Tour. Fin juin, plusieurs (trois ?) coureurs se seraient plaints de retards de paiement de salaires et auraient alerté l'Union cycliste internationale (UCI). "Je sais que j'ai été payé toute l'année", a toutefois déclaré mercredi matin l'Allemand Jens Voigt, un proche des deux frères et du Suisse Fabian Cancellara.

Pour réagir à des rumeurs qualifiées de "malveillantes", l'équipe de Bruyneel a démenti "formellement", le 14 juillet, "être en état de déconfiture et proche de la faillite". En 2013, les Schleck sont encore sous contrat. Mais l'avenir comporte beaucoup d'inconnues, pour eux et leur formation.

RESULTATS EN BERNE. Depuis le début de la saison, les deux frères ont fait chou blanc. Andy, l'un des grands talents du peloton, présente un bilan sous forme de zéro pointé. Son "meilleur" résultat est une 22e place au Circuit de la Sarthe.

A défaut de victoire, Frank a obtenu des places d'honneur, notamment dans les courses d'avant-Tour (3e du Tour de Luxembourg, 2e du Tour de Suisse). Mais, l'ensemble est loin de sauver la saison de celui qui doit maintenant se défendre sur un autre front, devant l'agence antidopage luxembourgeoise.

jm/bvo

PLUS:afp