NOUVELLES

Syrie: Annan demande de retarder le vote de la résolution à l'ONU (diplomates)

18/07/2012 11:11 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le médiateur international Kofi Annan a demandé que le vote prévu mercredi à l'ONU sur une résolution occidentale menaçant le régime syrien de sanctions soit retardé pour tenter d'aboutir à un compromis avec Moscou, ont indiqué des diplomates.

Les pays occidentaux qui ont déposé cette proposition de résolution (France, Etats-Unis, Allemagne, Portugal, Royaume-Uni) "examinent cette requête", a ajouté un diplomate à New York.

Des diplomates avaient auparavant indiqué que ce vote devrait être retardé d'au moins 24 heures dans l'attente des résultats de contacts entre capitales.

"Il y a des contacts supplémentaires au plus haut niveau, ce sera donc probablement retardé", avait déclaré à l'AFP un diplomate.

M. Annan "croit qu'il est possible de parvenir à un compromis avec la Russie sur une résolution" et les Occidentaux "ne peuvent pas lui refuser un petit délai", a ajouté un diplomate occidental.

Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe est rentré à Genève après une visite à Moscou où il a rencontré mardi le président Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Il n'y aura vraisemblablement pas de vote aujourd'hui", a ajouté un autre diplomate. Entre-temps, a-t-il précisé, les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil doivent mener de nouvelles consultations mercredi à New York, suivies par des discussions élargies à l'ensemble des 15 membres du Conseil "une fois que tout le monde aura des instructions de sa capitale".

Il a estimé que pour l'instant "les Russes n'ont pas bougé".

Moscou s'oppose à toute sanction contre son allié syrien et a déposé un projet rival de résolution qui a peu de chances d'être adopté.

"Les sanctions, nous ne pouvons les accepter", a réaffirmé mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le Conseil a jusqu'à vendredi soir pour adopter une résolution qui renouvellerait le mandat des 300 observateurs de l'ONU en Syrie. Celui-ci expire à cette date mais les Occidentaux veulent assortir son renouvellement de pressions sur Damas alors que la Russie veut se contenter de prolonger la mission.

avz/bar

PLUS:afp