NOUVELLES

Situation au Mali : examen préliminaire de la CPI

18/07/2012 09:04 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) va mener un examen préliminaire sur la situation au Mali afin d'établir si les critères pour l'ouverture d'une enquête, souhaitée par ce pays, sont remplis, a annoncé mercredi le procureur Fatou Bensouda.

"J'ai donné à mon bureau instruction de procéder immédiatement à un examen préliminaire pour évaluer si les critères fixés à l'article 53.1 du Statut de Rome aux fins de l'ouverture d'une enquête sont remplis", a indiqué Mme Fatou Bensouda dans un communiqué.

Mme Bensouda a reçu mercredi au siège de la Cour à La Haye une délégation du gouvernement du Mali conduite par le ministre malien de la Justice Malick Coulibaly.

"Le gouvernement du Mali, en tant qu'Etat partie à la CPI, défère à mon bureau la situation au Mali depuis le mois de janvier 2012 et demande qu'une enquête soit menée en vue de déterminer si une ou plusieurs personnes doivent être accusées des crimes commis", poursuit le procureur dans le communiqué.

Le gouvernement malien affirme que la justice malienne est "dans l'impossibilité de poursuivre ou de juger les auteurs" de ces crimes, selon la même source.

Des ONG locales et internationales, ainsi que des agences de l'ONU, ont dénoncé dernièrement des crimes commis dans le nord du Mali par différents groupes armés, islamistes et rebelles touareg, notamment des viols, des meurtres, l'enrôlement d'enfants soldats et la destruction de sites religieux.

"Je suis satisfait de la décision du procureur", a commenté le ministre malien de la Justice à l'issue de sa rencontre avec Mme Bensouda. "C'est très important pour les victimes car elles savent maintenant qu'on ne les a pas oubliées, que leur Etat est là", a-t-il déclaré à l'AFP.

Un haut responsable du ministère malien de la Justice avait annoncé le 12 juillet que son pays allait saisir la CPI face aux "atrocités" commises par les groupes armés qui occupent le Nord du pays.

A la faveur d'un coup d'Etat le 22 mars à Bamako (sud-ouest), l'ensemble du nord du Mali est tombé aux mains des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et surtout des groupes islamistes Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) et Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Les islamistes avaient chassé le 11 juillet de son dernier bastion d'Ansogo le MNLA avec lequel ils avaient lancé l'offensive dans le nord en janvier. Ils sont désormais maîtres de toutes les grandes villes du nord du pays.

Le Mali est un Etat partie au Statut de Rome, traité fondateur de la CPI, reconnaissant de la sorte la compétence de la Cour.

mlm/jms

PLUS:afp