NOUVELLES

Sanctions contre la Syrie: les USA allongent leur liste noire

18/07/2012 11:30 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi avoir allongé substantiellement le nombre de personnes physiques et morales syriennes figurant sur leurs listes noires des individus et entités faisant l'objet de sanctions américaines.

La mesure est essentiellement symbolique dans la mesure où elle confirme que 28 ministres syriens et le gouverneur de la banque centrale syrienne tombent bien sous le coup du décret présidentiel américain visant "les hauts responsables de l'Etat syrien".

Dans les faits, le département du Trésor a inscrit sur sa liste noire correspondante les noms de ces 28 ministres, membres du gouvernement formé le 23 juin, dont le Premier ministre, Riad Hijab, qui était jusque-là à l'Agriculture, ainsi que celui d'Adib Mayaleh, gouverneur de la Banque centrale de Syrie.

Le gouvernement américain indique également avoir ajouté cinq entreprises syriennes à sa liste noire des entreprises sanctionnées en vertu d'un décret visant les personnes et entités responsables de la prolifération des armes de destruction massives et leurs soutiens.

Le Trésor reproche à ces sociétés, Industrial Solutions, Mechanical Construction Factory, Handasieh (General Organization for Engineering Industries), Business Lab et Syrian Arab Company for Electronic Industries (Syronics) d'agir pour le compte du Centre d'études et de recherche scientifique (CERS). Selon le site spécialisé dans les questions de défense GlobalSecurity.org, le CERS est l'agence de l'Etat syrien "chargée du développement et de la production d'armes non-conventionnelles".

Les Etats-Unis agissent sur ce point en retard sur l'Union européenne, qui avait ajouté ces cinq entreprises le 1er décembre à sa "liste des personnes, entités et organismes faisant l'objet de mesures restrictives" eu égard à la situation en Syrie.

Selon le Trésor, une sixième entreprise, Drex Technologies, enregistrée aux Îles Vierges britanniques et appartenant à Rami Makhlouf, homme d'affaires cousin du président syrien Bachar al-Assad déjà visé par les sanctions du Trésor, a été ajoutée aux listes noires américaines.

Les différents décrets de sanctions invoqués par le ministère imposent le gel des avoirs que les personnes visées pourraient détenir aux Etats-Unis et interdisent aux entreprises et ressortissants américains de réaliser la moindre transaction avec elles sous peine de poursuites pénales.

Interrogé par l'AFP, le Trésor n'avait pas été en mesure de dire en début d'après-midi si les personnes et entités identifiées mercredi détenaient des actifs sur le sol américain.

mj/sl/emp

PLUS:afp