NOUVELLES

L'Iran condamne l'attentat de Damas

18/07/2012 11:40 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a condamné l'attentat qui a tué mercredi trois hauts responsables syriens à Damas, a rapporté mercredi l'agence officielle Irna.

"Ali Akbar Salehi a condamné lors d'un entretien téléphonique avec Walid Mouallem l'acte terroriste commis aujourd'hui à Damas", a indiqué Irna faisant référence au ministre syrien des Affaires étrangères.

Il s'est dit certain que "le grand peuple syrien défendra sa souveraineté, la stabilité et la sécurité" de la Syrie.

Un attentat spectaculaire a coûté la vie mercredi à trois hauts responsables syriens, dont le beau-frère du président Bachar al-Assad et le ministre de la Défense. Premier attentat à avoir visé des ministres depuis le début de la révolte en mars 2011, il a été revendiqué par l'Armée syrienne libre qui avait annoncé la veille "la bataille pour la libération de Damas".

M. Salehi a également affirmé que "l'attentat de Damas est le signe que le terrorisme est en train de se répandre en Syrie", lors d'un entretien téléphonique avec Kofi Annan, l'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.

Il a demandé à M. Annan de "prendre des positions fermes pour éviter la répétition en Syrie de l'expérience douloureuse de la présence du terrorisme en Irak et en Afghanistan".

L'Iran, principal allié du régime du président Bachar al-Assad, prône le dialogue entre le pouvoir et l'opposition pour mettre fin au conflit.

Par ailleurs, le ministère iranien des Affaires étrangères, a demandé "l'arrêt immédiat (...) des ingérences étrangères, des envois d'armes (en contrebande, NDLR) en Syrie et du soutien de certaines parties régionales et internationales aux actes terroristes", dans un communiqué publié par Irna.

"La République islamique d'Iran condamne toute violence et action destructrice et estime que le dialogue est la seule solution pour mettre fin à la crise syrienne", affirme le communiqué officiel.

L'Iran accuse régulièrement certains pays occidentaux et arabes de soutenir militairement les rebelles syriens, notamment en leur envoyant des armes.

sgh/feb

PLUS:afp