NOUVELLES

L'hôpital pour enfants cher à Mandela manque de moyens

18/07/2012 02:15 EDT | Actualisé 16/09/2012 05:12 EDT

L'hôpital pour enfants dont Nelson Mandela rêve depuis dix ans devrait enfin pouvoir sortir de terre, mais ses promoteurs ont bien du mal à lever les fonds nécessaires, le héros de la lutte anti-apartheid étant désormais trop fragile pour le faire lui-même.

C'est en rendant visite au fils de 5 ans d'un employé de sa fondation, brûlé à 80%, dans un hôpital privé de Johannesburg en 2002, que Mandela a pris conscience qu'il manquait un centre de soins spécialisé pour les enfants dans la région de la métropole sud-africaine.

D'où l'idée de fonder un hôpital universitaire de 200 lits dédié aux plus petits.

Le projet est estimé à 1 milliard de rands (100 millions d'euros). L'objectif est d'accueillir le premier patient le 18 juillet 2014, jour du 96ème anniversaire de Mandela.

Mais réunir les fonds a été "difficile, très difficile", soupire la directrice du Fonds Nelson Mandela pour les enfants, Sibongile Mkhabela.

"En fonction de ce que nous aurons, nous devrions pouvoir lancer le chantier en novembre", juge-t-elle.

Reste que la fondation a uniquement levé un cinquième de la somme nécessaire en sept ans, quand il en faudrait au moins la moitié pour engager le chantier. "Nous avons collecté environ 200 millions de rands, mais nous nous ne pourrons que lorsque nous aurons moins 500 millions."

Elle a donc lancé lundi une nouvelle "campagne très puissante" de collecte de fonds sur les ondes des radios nationales avec de deux chansons interprétées par des artistes sud-africains.

"Grâce à cette plate-forme publique, nous pensons être en mesure d'atteindre les 500 millions de rands avant novembre", explique Mme Mkhabela.

Tendre une sébile "n'aurait pas pu être pire que maintenant, alors que l'économie va mal. Quand nous avons commencé la collecte (en 2005), ça allait bien. (...) Mais c'est maintenant très difficile de se séparer d'un argent durement gagné dans cet environnement", regrette-t-elle.

Si Nelson Mandela --qui fête ses 94 ans mercredi-- ne s'était pas retiré de la vie publique, "nous aurions fini, maintenant", sourit la responsable. "Il est un incroyable collecteur de fonds. Il aurait juste passé quelques coups de fil. Et nous aurions fini!"

La fondation veut maintenant se tourner vers l'étranger, acceptant des dons en argent et en nature.

"Nous voulons aller à l'international", indique le chef de projet Joe Seoloane. "Même si c'est dur, nous pensons qu'il y a de la bonne volonté là-bas!"

L'Afrique ne compte que quatre hôpitaux pour enfants, deux en Egypte, un au Kenya et un au Cap, tous relativement vieux, remontant au temps du colonialisme, selon le Fond Mandela pour les enfants.

L'hôpital pédiatrique Nelson Mandela, qui proposera un hébergement aux parents d'accompagnement, est considéré comme le premier établissement construit par des "Africains libres".

"J'espère que, après celui-ci, il y aura d'autres hôpitaux Nelson Mandela pour les enfants à travers le continent, même au-delà. C'est vraiment un modèle, c'est une première", explique fièrement M. Seoloane

L'hôpital sera construit à Johannesburg sur des terrains mis à disposition par l'université du Witwatersrand (Wits). Il doit notamment offrir des installations de télémédecine destiné aux médecins des zones reculées d'Afrique australe.

sn/gs/liu/clr/ej

PLUS:afp