NOUVELLES

Les Rockets remportent la lotterie Jeremy Lin, Houston vit la «Linsanity»

18/07/2012 07:37 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

HOUSTON - Jeremy Lin aime New York et il voulait y rester, mais il désirait encore plus occuper un poste de garde partant et il est convaincu que les Rockets de Houston lui offriront cette chance.

«Ils m'ont très bien présenté le rôle que j'allais occuper et ce que je pouvais apporter à l'équipe et à la ville, a déclaré Lin par voie de communiqué. Je suis aussi impressionné par la détermination du propriétaire et du personnel à améliorer la formation.»

Les Knicks ont décidé, hier, de ne pas égaler l'offre de contrat de 25 millions $ pour trois ans déposée par les Rockets.

Houston a publié le communiqué quelques heures après que le site SI.com ait rapporté que Lin avait déclaré qu'il aurait préféré New York, mais que son objectif principal était de s'aligner pour une équipe qui avait des plans pour lui.

«Je voulais avoir du plaisir à jouer au basketball», a-t-il expliqué. Et Dieu sait que le garde non-repêché de 23 ans a eu du plaisir à jouer, la saison dernière.

Arrivé de nulle part, Lin a rejoint les Knicks en décembre quand ils l'ont réclamé au ballotage. Il a brièvement fait un passage dans les ligues mineures avant d'obtenir sa chance grâce à l'entraîneur Mike D'Antoni, quand les Knicks montraient une piètre fiche de 8-15.

Il a marqué 25 points dans une victoire de 99-92 face aux Nets du New Jersey, et c'est à ce moment qu'est née la «Linsanity». Quelques semaines plus tard, New York était dans la course aux séries, et des breuvages avaient été nommés en son honneur.

Lin a affirmé qu'il avait aimé la dernière année avec les Knicks et qu'il avait apprécié l'opportunité que New York lui avait offerte, même si l'équipe a décidé de le laisser partir.

«La manière dont les partisans m'ont adopté est quelque chose dont je me souviendrai toujours, a-t-il dit. Ce sont des moments extraordinaires et inoubliables qui ont été les meilleurs de ma vie.»

Lin se retrouve maintenant à Houston où il pourra aider sur le terrain, mais aussi au niveau du marketing.

Les Rockets n'ont pas seulement comblé un poste, ils ont aussi mis la main sur un joueur qui pourra rétablir la popularité de la concession en Asie, où elle a jouit d'une popularité notable au cours de la carrière de Yao Ming.

Lin est né aux États-Unis, mais il a des racines chinoises et taïwanaises. Son arrivée dans la NBA tombe à point puisque la popularité de la ligue en Chine connaît une croissance énorme.

Les Rockets ont d'ailleurs déjà commencé à vendre des chandails à l'effigie de leur nouvelle vedette qui portera le numéro 7 au lieu du numéro 17 qu'il arborait avec les Knicks.

PLUS:pc