NOUVELLES

Le régime syrien déterminé à "nettoyer" le pays des "terroristes" (armée)

18/07/2012 08:30 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le régime syrien reste déterminé à "nettoyer" le pays des "terroristes", a assuré l'armée mercredi, peu après un attentat spectaculaire qui a tué à Damas trois hauts responsables dont le beau-frère du président Bachar al-Assad et le ministre de la Défense.

"Cet acte terroriste renforce la détermination de nos forces armées à nettoyer la patrie des restes des bandes terroristes", a affirmé l'armée dans un communiqué diffusé par la télévision d'Etat.

"Ceux qui ont cru qu'en visant certains dirigeants ils pourraient faire plier la Syrie se font des illusions, car l'armée, les dirigeants et le peuple sont plus que jamais déterminés à faire face au terrorisme et à abattre toute personne qui porte atteinte à la sécurité de la Syrie", poursuit le communiqué.

Le nouveau ministre de la Défense Fahd al-Freij, nommé après l'attentat par le président Assad, a mis en garde "les gangs criminels" qui ont tué son prédécesseur.

"Cet acte terroriste lâche n'empêchera pas nos forces armées de poursuivre leur tâche sacrée, en pourchassant les gangs criminels et en amputant la main qui porte atteinte à la sécurité de la patrie", a affirmé le général Freij, dans un communiqué qu'il a lu à la télévision.

"Nos forces armées sont solides et leur moral est au plus haut. Elles continueront à poursuivre les terroristes jusqu'à ce que le complot visant la Syrie soit écrasé", a ajouté le ministre.

Le beau-frère du président syrien, Assef Chawkat, l'un des principaux responsables de la sécurité, le ministre de la Défense, le général Daoud Rajha, et le général Hassan Turkmani, chef de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte, ont été tués dans un attentat commis dans un bâtiment de la Sécurité au coeur de la capitale syrienne, selon la télévision d'Etat.

Il s'agit des plus hauts responsables syriens à avoir été tués depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011.

L'attentat a également blessé le ministre de l'Intérieur, Mohammad Ibrahim al-Chaar, le chef de la Sécurité nationale, Hicham Ikhtiar, selon une source de sécurité.

L'attentat a été revendiqué par l'Armée syrienne libre (ASL), composée en majorité de déserteurs.

Depuis le début de la révolte, les autorités qualifient les rebelles de "terroristes", aidés selon elles par des pays étrangers.

rim-ram-rm/feb

PLUS:afp