NOUVELLES

Israël: tollé contre un député ultranationaliste ayant déchiré le Nouveau Testament

18/07/2012 03:59 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Les autorités israéliennes ont fustigé mercredi un député d'extrême droite qui a déchiré un exemplaire du Nouveau Testament, sans pour autant évoquer de possibles sanctions.

"Nous déplorons foncièrement ce comportement et le condamnons de la façon la plus vive. Ce geste va totalement à l'encontre de nos valeurs et traditions", a déclaré à l'AFP Mark Regev, le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

"Israël est une société tolérante, mais nous avons une tolérance zéro pour cet acte honteux et haineux", a ajouté M. Regev.

Le député ultranationaliste Michaël Ben Ari, du parti d'opposition Union nationale, a publiquement déchiré mardi une copie du Nouveau Testament pour protester contre l'envoi par une société biblique de ce livre, qu'il a jugé "méprisable", à tous les membres du Parlement. La photo du député en train de déchirer l'ouvrage a été publiée par les médias.

La Société biblique israélienne, qui diffuse les livres saints, avait adressé par la poste aux parlementaires un exemplaire du "Livre des Testaments", contenant l'Ancien et le Nouveau Testament.

Le président du Parlement, Réuven Rivlin, s'est également offusqué du geste de Michaël Ben Ari, estimant que "la liberté d'expression ne permet pas de faire n'importe quoi". M. Rivlin a dénoncé "la profanation du Nouveau Testament, un important livre saint pour ses croyants".

Dans un communiqué, les évêques catholiques de Terre Sainte se sont dits "choqués" par "cet acte irrévérencieux à l'égard des chrétiens méprisés ainsi dans leur foi.

Les évêques ont "condamné cet acte de lacération et les commentaires outranciers" du député.

Ils ont également critiqué la Société biblique israélienne: "On n'envoie pas ainsi le Nouveau Testament par voie postale, par respect pour la Parole de Dieu et par respect pour ceux qui ne partagent pas la même foi".

Le député, l'un des plus à droite du Parlement, a justifié son geste en affirmant avoir réagi à "une horrible provocation missionnaire de la part de l'Eglise". "Ce livre et ceux qui l'ont envoyé devraient être jetés dans les poubelles de l'Histoire", a-t-il dit au site internet NRG-Maariv.

ChW/sst/feb

PLUS:afp