NOUVELLES

Israël ne s'opposera pas au recours en justice de colons menacés d'expulsion

18/07/2012 07:18 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement israélien a décidé de ne pas s'opposer au recours en justice d'une partie des colons installés à Migron, une colonie sauvage de Cisjordanie, qui refusent d'être évacués à la fin du mois en vertu d'une décision de la Cour suprême, a indiqué mercredi la radio publique.

La commission interministérielle des implantations présidée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé que le représentant du ministère de la Justice ne s'opposera pas à l'appel présenté à la Cour suprême par les colons qui prétendent avoir acheté à des Palestiniens une partie des terres sur lesquelles ils sont installés, a précisé la radio.

L'an dernier la Cour suprême avait ordonné l'évacuation des colons de Migron installés illégalement sur des terres privées palestiniennes avant le 1er août. Mais, au début du mois, ces colons ont annoncé avoir acquis la moitié des 5 hectares sur lesquels s'étend cette colonie sauvage. La Cour suprême a accepté d'examiner ces documents.

Les colons de Migron cités par les médias ont exprimé l'espoir que la décision de la commission interministérielle constituera une première étape en vue de la légalisation de leur implantation, la plus ancienne et la plus vaste des colonies sauvages en Cisjordanie occupée.

A la suite d'un jugement de la Cour suprême, le gouvernement avait prévu de transférer les habitants de Migron vers une colline située à deux kilomètres du site actuel de la colonie. Mais les habitants poursuivi la bataille juridique afin de se maintenir sur le site où ils trouvent actuellement.

"Le gouvernement cherche tous les prétextes pour ne pas appliquer la décision de la Cour suprême sur l'évacuation de Migron", a affirmé à l'AFP Shlomy Zacharia, un avocat représentant la Paix Maintenant, une organisation non gouvernementale israélienne vouée à la lutte contre la colonisation.

Plus de 340.000 Israéliens habitent dans les colonies en Cisjordanie occupée, et plus de 200.000 autres dans une douzaine de quartiers érigés dans la partie orientale de Jérusalem occupée et annexée par Israël depuis juin 1967.

Aux yeux de la communauté internationale, cette annexion est illégale, de même que toutes les colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien.

jlr-chw/sb

PLUS:afp