NOUVELLES

Ibrahimovic, une raison de "jubiler" pour la France selon la presse suédoise

18/07/2012 08:12 EDT | Actualisé 17/09/2012 05:12 EDT

La presse suédoise voyait jeudi dans le départ du footballeur vedette Zlatan Ibrahimovic de l'AC Milan au Paris SG "un transfert qui fait jubiler la France", selon Svenska Dagbladet, même si ce "n'était pas le premier choix" du capitaine de l'équipe nationale, d'après la chaîne TV4.

"Paris obtient un diamant étincelant", estime le quotidien Svenska Dagbladet.

"Le Championnat de France n'a auparavant jamais eu de star du calibre d'Ibrahimovic", renchérit pour sa part le quotidien de référence Dagens Nyheter, qui prédit un regain d'intérêt en France pour le football.

Pour la radio publique SR, le PSG fait une "belle opération marketing". Le club "est en train de bâtir une équipe intéressante" et Zlatan, comme on l'appelle toujours en Suède, est "une fantastique recrue".

Aftonbladet se félicite que leur héros participe au "projet le plus lucratif au sein du football en Europe". Les investissements réalisés par le Qatar montrent que le PSG "est prêt à défier les plus grandes équipes en Europe", considère l'expert de la chaîne de télévision privée TV4, qui a racheté les droits de retransmission du championnat français.

Et les médias sont unanimes, Zlatan, nouveau "roi de Paris", "va gagner". Et ses "chances (...) de gagner cette maudite Ligue des champions ne sont pas moins importantes aujourd'hui qu'elles l'étaient hier" (Aftonbladet).

La presse souligne cependant que Zlatan "n'a pas eu beaucoup de choix". "Avec ses prétentions salariales, on peut supposer que le PSG était le seul choix raisonnable", d'après Dagens Nyheter.

Un peu de déception pointait chez certains journalistes. "Dommage de voir le meilleur joueur de foot que la Suède ait connu achever sa carrière dans le Championnat de France, note le tabloïd Expressen.

"C'est sûr que ç'aurait été plus drôle de voir Zlatan à Chelsea, au Real ou à City, mais ils n'étaient pas intéressés. C'est donc mieux de danser avec les cheiks avec un Paris en pleine ascension que de rester avec le Milan dégringolant de Berlusconi", concède SvD.

cbw/hh/chc

PLUS:afp