NOUVELLES

Opposition syrienne : les sanctions dernière chance de sauver le plan Annan

17/07/2012 04:49 EDT | Actualisé 16/09/2012 05:12 EDT

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a averti qu'il envisagerait "d'autres solutions avec ses amis régionaux et internationaux" pour protéger les civils si l'ONU n'adopte pas une résolution menaçant Damas de sanctions.

Une telle résolution, proposée par les Occidentaux mais rejetée par Moscou, est "la toute dernière chance de ranimer" le plan de paix de Kofi Annan, a déclaré à la presse la porte-parole du CNS, Basma Kodmani.

Des représentants du CNS ont rencontré mardi séparément à New York l'ambassadeur russe à l'ONU et les réprésentants des quatre autres pays membres permanents du Conseil.

Le Conseil a prévu un vote mercredi sur le projet de résolution présenté par Européens (France, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal) et Américains mais la Russie a menacé d'y mettre son veto.

"Si les tentatives actuelles échouent, le CNS envisagera d'autres solutions avec ses amis régionaux et internationaux pour fournir une protection humanitaire à la population syrienne", a affirmé Mme Kodmani.

Un veto russe à l'ONU reviendrait à donner à Damas "l'autorisation de continuer à écraser la population", a-t-elle estimé. "Je crois que les Russes comprennent bien le message".

"Nous avons dit clairement à nos interlocuteurs russes, à Moscou la semaine dernière et aujourd'hui, qu'ils ont tout intérêt à tourner la page du régime Assad aux côtés du peuple syrien", a-t-elle ajouté.

Les responsables du CNS ont aussi indiqué que plus de 400 civils blessés étaient bloqués dans la vieille ville de Homs (centre de la Syrie), encerclée par les forces syriennes.

tw/avz/lor

PLUS:afp