NOUVELLES

Le patron de Peugeot PSA dit acquiescer aux demandes de François Hollande

17/07/2012 09:33 EDT | Actualisé 16/09/2012 05:12 EDT

PARIS - Le président du directoire de Peugeot Citroën PSA Philippe Varin promet d'accéder aux demandes du président français François Hollande concernant le plan de 8000 suppressions de postes présenté par le groupe automobile, dans un entretien au «Monde» daté de mercredi.

Le 14 juillet, le président de la République avait estimé que «le plan en l'état n'est pas acceptable, il doit être renégocié». Face aux exigences de l'Élysée, «le groupe peut répondre présent», assure M. Varin. «Nous avons pris des engagements de reclassement interne», ajoute-t-il, réaffirmant: «Il n'y aura pas de licenciements secs. On proposera à chacun un emploi identifié.»

Concernant la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Philippe Varin souligne que «sur les 3000 salariés d'Aulnay, 1500 se verront proposer un emploi dans notre usine de Poissy» (Yvelines).

François Hollande avait affirmé le 14 juillet son intention qu'Aulnay «reste un site industriel». «Nous nous y attachons», lui répond M. Varin. «Nous allons aider à créer à Aulnay 1500 emplois», ajoute-t-il, indiquant: «Pour piloter ce projet de reconquête locale, une personnalité indépendante pourrait bientôt être nommée.»

PLUS:pc