NOUVELLES

Assad redéploie des troupes du Golan vers les zones de combat en Syrie (Israël)

17/07/2012 11:17 EDT | Actualisé 16/09/2012 05:12 EDT

Le président syrien Bachar al-Assad a redéployé une partie de ses forces basées dans la région du Golan vers Damas et d'autres zones de la Syrie touchées par des combats, a affirmé mardi le chef du renseignement militaire israélien, le général Aviv Kochavi.

"Assad a retiré beaucoup de ses forces du plateau du Golan (pour les redéployer) vers les zones de conflits" dans le pays, a déclaré à des députés israéliens le général Kochavi, cité par un porte-parole du Parlement.

Le président syrien "n'a pas peur d'Israël en ce moment, il veut surtout augmenter ses forces autour de Damas", a-t-il affirmé, estimant "très faible" la probabilité que Bachar Al-Assad attaque Israël pour faire diversion.

Depuis dimanche, des combats d'une violence sans précédent opposent à Damas des insurgés aux forces du régime syrien. L'Armée syrienne libre (ASL) a affirmé à l'AFP que la "bataille pour la libération" de Damas avait commencé et ne prendrait fin qu'après la chute de la ville.

Lancée en mars 2011, la révolte populaire réprimée dans le sang par le régime Assad a dégénéré en conflit armé sanglant entre soldats et rebelles.

Le général israélien a estimé que la situation en Syrie évoluait vers une "irakisation" alors que le pays se divise de plus en plus selon lui en secteurs contrôlés par différents groupes militaires ou tribaux et que "des militants d'Al-Qaïda et du jihad mondial affluent vers la Syrie".

Israël surveille attentivement "l'éventualité que des armes de pointe et non conventionnelles parviennent à des groupes terroristes", a-t-il souligné.

Le régime ne "survivra pas" à ce soulèvement, a estimé le général Kochavi, ajoutant que les alliés de Damas, "le (parti chiite libanais) Hezbollah et l'Iran, se préparaient à la chute d'Assad".

En juin, le chef d'état-major adjoint israélien, le général Yaïr Naveh, avait déclaré que la Syrie disposait du "plus important arsenal d'armes chimiques du monde", soulignant le risque de leur dissémination.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie.

Malgré l'occupation et l'annexion par Israël d'une partie du Golan syrien, ce que la communauté internationale n'a jamais reconnu, les deux pays n'y ont pas connu d'affrontement notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

Des violences avaient toutefois éclaté l'an dernier dans le Golan alors que l'armée israélienne avait ouvert le feu sur des réfugiés palestiniens et des manifestants syriens qui tentaient de franchir la ligne de cessez-le-feu à l'occasion des anniversaires de la création de l'Etat d'Israël et de la Guerre des Six jours. Selon l'ONU, 30 à 40 manifestants ont alors trouvé la mort.

jjm-sst/sb/tp

PLUS:afp